Société

Une justice de moins en moins populaire

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’est acté ; du moins pour l’instant. La loi portée par Éric Dupond-Moretti, votée il y a deux ans, est entrée en vigueur le 1er janvier, et contient notamment la mise en place de cours criminelles départementales (les fameuses CCD), et avec elles un changement majeur dans la procédure pénale. Désormais, ces tribunaux se passeront de jurys pour les crimes appelant des peines de plus de quinze ans, comme les viols, cas de torture ou de vols à main armée par exemple.
 
Déjà vent debout depuis longtemps contre le projet, qui n’en est plus un, de nombreux juristes continuent à s’opposer à ce qu’ils considèrent comme un « recul de la qualité de justice » au travers de nombreuses déclarations publiques et d’une pétition, soumise au Sénat pour inciter les parlementaires à s’emparer du sujet. 
 
Une justice sans peuple
 
Parmi les défenseurs du précédent système, Benjamin Fiorini, maître de conférence en droit à l’université Paris 8 donne une tribune au Monde en novembre pour faire connaître le sujet et attaquer point par point la réforme, et en premier lieu, ses défauts démocratiques, pédagogiques, humains.
 
Le jury, décrit-il, est l’expression de la volonté populaire au sein de la justice. C’est « le seul service public qui demande aux citoyens leur avis avant de prendre une décision, c’est une façon d’assimiler la justice à un pouvoir et non à un simple service public », ajoute Dominique Coujard, ancien président de cour d’assise. 
 
C’était donc une instance de démocratie directe, un pouvoir du peuple ; mais aussi rendu au peuple. Les citoyens avaient l’occasion de comprendre la justice qui leur est rendue en leur nom. Après la réforme, plus d’occasion de nouer ce lien social crucial entre les juges, qui pouvaient faire preuve de pédagogie, et les jurés qui n’auront plus ce contact avec le réel, à l’heure pourtant où l’on voudrait alerter sur la terrible réalité d’actes de viol ou de pédophilie notamment. Inversement, le regard des jurés sur l’institution était très bénéfique …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Elections Européennes : LR veut reconquérir l’électorat agricole

Désormais acquis au vote centriste (macroniste) pour certains, tentés par faire confiance au RN ou à Reconquête pour d’autres, les agriculteurs ont pourtant longtemps été une chasse gardée de la droite gaulliste et libérale. Tête de liste LR aux élections européennes, François-Xavier Bellamy tente de rallier leurs suffrages à sa candidature.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL