Géopolitique

L’Iran pourrait-il attaquer l’Arabie Saoudite ?

 Les services du renseignement saoudiens sont en ébullition depuis lundi 31 octobre, à la suite de l’identification d’un risque d’agression « imminente » de l’Iran sur plusieurs cibles dans le pays. La ville d’Erbil, au Kurdistan irakien, serait également menacée. L’information est relayée par le Wall Street Journal, et vient directement du renseignement américain, en lien avec son alter-ego d’Arabie-Saoudite. « Nous n'hésiterons pas à agir pour défendre nos intérêts et nos partenaires dans la région », a fait savoir un porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche. De même, les renseignements américains affirment être « préoccupés par nature de la menace » et disent rester « en contact permanent avec les Saoudiens via les canaux militaires et de renseignement ». Un avertissement en forme de menace, qui est accompagné d’une mise en alerte des armées saoudiennes et américaines au Moyen-Orient. D’autres pays limitrophes en ont fait autant. 
 
En toile de fond de ces menaces, l’Iran accuse l’Arabie Saoudite et les occidentaux d’être à l’origine des troubles sociaux qui agitent le pays depuis près de deux mois. L'Iran est secoué par une vague de protestation majeure après la mort de Masha Amini, une jeune femme tuée par la police des mœurs en septembre parce qu’elle ne partait pas le voile. Une agression sur l’Arabie Saoudite, et donc sur ses partenaires américains, pourrait être une manière de détourner l’attention des troubles internes au pays, tout en réaffirmant sa capacité opérationnelle à la face des occidentaux. 
 

En 2019, l’Arabie Saoudite accusait déjà l’Iran d’attaques contre des pétroliers

En juin 2019, deux pétroliers, l’un japonais, l’autre chypriote, avaient été touchés par des tirs, attribués par les États-Unis et les Anglais aux Iraniens. Même si ces derniers avaient nié toute implication, cette démonstration de force de son grand rival régional avait fait régir le prince héritier Mohammed Ben Salmane : « Nous ne voulons pas une guerre dans la région (...) Mais nous n'hésiterons pas à réagir à toute menace contre notre peuple, notre souveraineté, notre intégrité territoriale et nos intérêts vitaux ». La politique extérieure du Royaume saoudien s’est davantage tournée vers les questions régionales ces dernières années, ce qui porte un coup rude à l’influence iranienne, notamment en Irak. 
 
Le contexte géopolitique de la région est perturbé par la recomposition des influences, à l’heure de l’affrontement entre la Russie et l’Ukraine. Avec la restriction de la production du pétrole par l’OPEP+, L’Arabie Saoudite semblait encore récemment s’émanciper de la tutelle américaine. Si l’on était en droit de s’interroger sur la pérennité de la coopération américano-saoudienne, il apparaît que les deux pays sont encore très liés. Les tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite ont des fondements très anciens, religieux et territoriaux. L’Iran chiite est le concurrent historique du royaume saoudien sunnite. Les pics de tension sont réguliers, mais il est peu probable qu’un conflit ouvert arrive. On n’imagine guère Joe Biden accepter de perdre la face au Moyen-Orient, alors qu’aux États-Unis, les élections de mi-mandat s’annoncent délicates pour les démocrates. L’Iran le sait, et aurait beaucoup à perdre. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Nathalie Perrin

Il y a 1 ans

Signaler

0

Armée jusqu'aux dents avec des technologies dernier cri, l'armée saoudienne a montré au Yémen que ses capacités opérationnelles étaient extrêmement faibles. En brandissant la menace iranienne et en renforçant le sentiment d'insécurité des Saoudiens, les USA cherchent-ils à rendre ce pays plus accommodant dans le domaine énergétique? On peut s'interroger.

Nathalie Perrin

Il y a 1 ans

Signaler

0

L'antagonisme religieux entre l'Arabie Saoudite et l'Iran est très largement instrumentalisé pour avancer l'agenda géopolitique des parties prenantes régionales. Cette fracture chiites/sunnites, bien réelle, n'a pas empêché l'Iran de soutenir le Hamas palestinien proche des Frères musulman. Pour sa part, l'Arabie Saoudite a apporté une aide financière et militaire aux Moudjahidines du Peuple, une secte chiite crypto-marxiste, opposée au régime du Téhéran. Alors, gardons les distances concernant les dissensions religieuses: elles sont largement instrumentalisées et subordonnées à la lutte pour la puissance et l'influence.ir

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier