Géopolitique

Victoire de Lula au Brésil (2/2) : une société fracturée

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 La campagne présidentielle brésilienne de 2022 a été particulièrement tumultueuse. Du côté de Lula, la campagne a commencé en prison. Libéré en 2019, il parvient à faire annuler son inéligibilité pour vice de forme, et se présente en mai 2021. Très vite, il passe en tête des sondages, malgré les nombreuses attaques d’un Bolsonaro révolté de devoir affronter un adversaire aussi populaire, qui aurait dû être en prison. 

Jair Bolsonaro de son côté, souffre de sa gestion de la crise du Covid-19. Autre problème : il n’a plus de parti, l’ayant quitté en 2019. Rejoignant le Parti Libéral en 2021, il doit composer avec une ligne différente de 2018, dans une campagne portant sur des thèmes bien différents. 


Une campagne violente 

En 2018, Jair Bolsonaro l’avait notamment emporté en s’attaquant à la corruption. Sans aucune affaire, il avait vaincu une gauche gangrénée par ce problème, ainsi que par les collusions avec les oligarques brésiliens. L’élection de 2022 avait en fait trois thèmes : l’économie, Bolsonaro, et Lula. 

En effet, comme l’expliquait notre premier article sur le sujet, les deux « grands candidats » sont des personnages particulièrement controversés dans le pays. L’un est un populiste ayant mal géré la crise du coronavirus, l’autre enchaîne les affaires judiciaires depuis dix ans. Les deux se présentent comme des candidats populaires, mais alors que l’un favorise la privatisation, l’autre réjouit les élites mondialistes avec qui il a gardé certains liens. En somme, Bolsonaro et Lula avaient de quoi s’échanger des attaques ad hominem. Ils ne s’en sont pas privés, et de nombreux observateurs politiques de déplorer la piètre qualité des débats entre les deux candidats. 

La violence physique a ainsi succédé à la violence verbale à plusieurs reprises. Venant majoritairement de partisans bolsonaristes, on en a dénombré environ 250 épisodes tout au long de la campagne. Plusieurs meurtres politiques ont également été le fait de militants de droite, un chiffre …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité du Parti fédéraliste européen

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Yves Gernigon représente la liste Parti fédéraliste européen. Son programme s’axe principalement sur la création d’une fédération européenne.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier