Géopolitique

Victoire de Lula au Brésil (1/2) : deux candidats aux antipodes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Sans surprise, mais avec soulagement, Luiz Inácio Lula da Silva, plus connu sous le nom de « Lula », a remporté l’élection présidentielle brésilienne. Face à lui, Jair Bolsonaro, candidat à sa réélection, battu à deux millions de voix près. Moins de deux pourcents des votes séparent les deux adversaires qui se sont livrés une campagne acharnée durant plusieurs mois. 

Durant plus d’un an, les sondages donnaient Lula en tête, loin devant Jair Bolsonaro dès le premier tour. Certains d’entre eux imaginaient même le premier l’emporter du premier coup, avec un Bolsonaro largué en-dessous de 35 % des suffrages. Même au second tour, la plupart des estimations plaçaient Lula à plus de trois points au-dessus de son adversaire. Il y en eu moins de deux. Force est de constater que l’élection présidentielle brésilienne de 2022 a été bien plus riche en rebondissements que prévu. D’aucuns ont décrit la victoire de la démocratie contre le fascisme, mais l’affaire est plus complexe que cela. 
 

Lula : populaire et corrompu 

Comme Jair Bolsonaro, Lula est un homme sujet à de fortes controverses au Brésil. Ancien ouvrier, il fonde le Parti des Travailleurs (PT) en 1980, alors que le pays vit toujours sous la Dictature Militaire. Trois fois candidat malheureux à la présidence du pays (1989,1994 et 1998), il l’emporte néanmoins en 2002 et 2006, et gouvernera le pays huit ans durant. 

Son bilan est souvent qualifié d’excellent, notamment sur le plan économique. Faisant considérablement baisser le niveau de pauvreté, il améliorera aussi les infrastructures publiques et l’accès à l’éducation. Trente millions de Brésiliens sortiront de la pauvreté durant ses huit années de pouvoir. Homme de gauche, Lula milite pour la légalisation de l’avortement et du mariage homosexuel, au grand dam d’une partie de la population, dans un pays très catholique. Écologiquement, le président parviendra à réduire massivement la déforestation, sujet majeur dans le pays du « poumon de la planète ». 

Alors, d’où …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier