Géopolitique

Victoire de Lula au Brésil (1/2) : deux candidats aux antipodes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Sans surprise, mais avec soulagement, Luiz Inácio Lula da Silva, plus connu sous le nom de « Lula », a remporté l’élection présidentielle brésilienne. Face à lui, Jair Bolsonaro, candidat à sa réélection, battu à deux millions de voix près. Moins de deux pourcents des votes séparent les deux adversaires qui se sont livrés une campagne acharnée durant plusieurs mois. 

Durant plus d’un an, les sondages donnaient Lula en tête, loin devant Jair Bolsonaro dès le premier tour. Certains d’entre eux imaginaient même le premier l’emporter du premier coup, avec un Bolsonaro largué en-dessous de 35 % des suffrages. Même au second tour, la plupart des estimations plaçaient Lula à plus de trois points au-dessus de son adversaire. Il y en eu moins de deux. Force est de constater que l’élection présidentielle brésilienne de 2022 a été bien plus riche en rebondissements que prévu. D’aucuns ont décrit la victoire de la démocratie contre le fascisme, mais l’affaire est plus complexe que cela. 
 

Lula : populaire et corrompu 

Comme Jair Bolsonaro, Lula est un homme sujet à de fortes controverses au Brésil. Ancien ouvrier, il fonde le Parti des Travailleurs (PT) en 1980, alors que le pays vit toujours sous la Dictature Militaire. Trois fois candidat malheureux à la présidence du pays (1989,1994 et 1998), il l’emporte néanmoins en 2002 et 2006, et gouvernera le pays huit ans durant. 

Son bilan est souvent qualifié d’excellent, notamment sur le plan économique. Faisant considérablement baisser le niveau de pauvreté, il améliorera aussi les infrastructures publiques et l’accès à l’éducation. Trente millions de Brésiliens sortiront de la pauvreté durant ses huit années de pouvoir. Homme de gauche, Lula milite pour la légalisation de l’avortement et du mariage homosexuel, au grand dam d’une partie de la population, dans un pays très catholique. Écologiquement, le président parviendra à réduire massivement la déforestation, sujet majeur dans le pays du « poumon de la planète ». 

Alors, d’où …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier