Géopolitique

Un accord trouvé entre le Royaume-Uni et la France sur la gestion des migrants

Alors que le gouvernement français s’écharpe avec Giorgia Meloni quant à l’accueil du navire Ocean Viking, il a récemment trouvé un accord avec l’Angleterre pour de plus frêles esquifs. L’accord porte sur le financement par les Britanniques d’un renforcement de la police française sur les plages du nord, afin d’empêcher les migrants de traverser la Manche.

À l’occasion des commémorations de l’Armistice de 1918, la ministre des Affaires Étrangères Catherine Colonna a rencontré son homologue James Cleverly, nouveau membre du gouvernement Sunak. Contre la somme de 72 millions d’euros, la France pourrait donc faire plus d’efforts pour conserver les migrants sur son sol. En effet, depuis le début de l’année, ce sont plus de 40 000 d’entre eux qui ont tenté la traversée. Un record. 350 forces de l’ordre seraient ainsi mobilisées pour l’empêcher, ainsi que des drones et des équipes d’observateurs.  
C’est également la coopération du nouveau Premier Ministre Rishi Sunak qui a permis cet accord. En effet, depuis plusieurs années, les relations franco-anglaises sont tendues à ce sujet. La responsabilité ou non de la France est souvent mise en cause, alors que chaque année, les traversées augmentent. L’année 2022 a d’ailleurs vu franchir le détroit un très grand nombre d’Albanais : plus de 40% des migrants. Deux fois plus de bateaux interceptés n’a, au fond, rien changé. Les gangs criminels seraient ainsi particulièrement actifs dans ce trafic d’êtres humains. 

Les renseignements et ressources seraient ainsi mis en commun afin d’éloigner les migrants de la Manche, d’où les passeurs ou des petits bateaux leur permettent de partir. Mais alors, comment les éloigner ? L’une des solutions évoquées est de créer des centres d’accueil dans le sud de la France, bien loin des côtes anglaises.  

Cet accord arrive au même moment où des révélations quant à la mort de 27 migrants dans la Manche fin 2021 refont surface. Il y a presque un an, embarqués sur un « small boats » surchargé, ils tentent leur chance pour rejoindre les côtes anglaises. Tout se passe mal. Le bateau est touché, et entre une heure et quatre heures du matin, malgré leurs appels à l’aide, sans secours, il coule. En cause, les services de secours français, qui n’auraient pas effectué leur travail. 
Le Royaume-Uni travaille depuis plusieurs mois à une solution radicale pour accueillir ses migrants : les transférer au Rwanda. En échange d’un accord économique qui assurerait le financement de l’accueil, les migrants arrivant en Angleterre seraient expédiés à Kigali. La Cour Européenne des Droits de l’Homme s’est opposée à cette solution.  
 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Maurice FOURNEYRON

Il y a 1 ans

Signaler

0

Il m'étonnerait fort que nos amis d'outre Manche accepte de payer 72 millions d'euros par an (somme qui me parait tout à fait dérisoire au regard du problème) sans pouvoir constater une diminution des traversées s

claude BESSIS

Il y a 1 ans

Signaler

1

je pense qu on les gardera car ou vont ils partir?nous sommes comme d habitude d exellents negociateurs.

Guy Barrier

Il y a 1 ans

Signaler

0

Est-ce que je dois comprendre entre les lignes que la Grande-Bretagne paie la France pour que celle-ci conserve les migrants sur son sol et fasse tout pour que ceux-ci n'atteignent pas les côtes anglaises ?

À lire

Elections Européennes : LR veut reconquérir l’électorat agricole

Désormais acquis au vote centriste (macroniste) pour certains, tentés par faire confiance au RN ou à Reconquête pour d’autres, les agriculteurs ont pourtant longtemps été une chasse gardée de la droite gaulliste et libérale. Tête de liste LR aux élections européennes, François-Xavier Bellamy tente de rallier leurs suffrages à sa candidature.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier