Politique

Retraites : le bras de fer se poursuit

Alors que s’amorce à l’Assemblée nationale une nouvelle semaine de discussion autour du projet de réforme du système des retraites, on est aujourd’hui en mesure de constater que le débat en cours va dans le sens d’une recomposition du paysage politique qui prolonge celle à l’œuvre depuis 2017 et l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. Ainsi que le fait remarquer dans Le Figaro Vincent Trémolet de Villers, « Macron a perdu sa gauche », comme l’illustre la position très ferme de la CFDT, syndicat réformiste auparavant attentif à la politique sociale du Président de la République. L’éditorialiste est obligé de constater la fin du « en même temps » longtemps à l’œuvre dans les bureaux du palais de l’Élysée. 

La grande réforme de ce second quinquennat sonne ainsi le glas des accents progressistes de l’expérience Macron en matière sociale. Il lui restera à réaliser des ambitions sociétales (l’euthanasie par exemple) qui, elles, ne recueilleront pas les suffrages de la droite conservatrice ou de ce qu’il en reste. 

Dans la rue, la mobilisation ne faiblit et essaime dans les villes moyennes, se renforçant sensiblement dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-Loire, Normandie) si l’on observe les détails de la mobilisation du samedi 11 février qui a rassemblé au moins un million de personnes. Une nouvelle mobilisation est prévue le 16 février et un blocage du pays est à redouter à partir du 7 mars si l’on écoute les menaces des syndicats. Les violences restent pour l’instant encore marginales dans les cortèges, si l’on excepte quelques dérapages de l’ultra-gauche à Paris. 

Les LR au bord de l’explosion

Au sein des partis politiques, c’est à droite que les dégâts sont le plus importants, au sein du parti Les Républicains. La décision de voter la réforme ne passe pas auprès de certains jeunes députés comme Aurélien Pradié ou Julien Dive, proche de Xavier Bertrand. Comme confie à OMERTA un ancien député LR, battu aux élections législatives, « la réforme est loin d’être satisfaisante mais notre électorat ne comprendrait pas que nous ne la votions pas ». Le parti pourrait donc laisser de nouvelles plumes dans cette affaire à un an d’un scrutin européen qui s’annonce très compliqué pour lui si l’on considère les contre-performances enregistrées par liste de François-Xavier Bellamy en 2019 et par la candidature présidentielle de Valérie Pécresse en 2022. S’il n’est pas représenté à l’Assemblée nationale, le parti Reconquête d’Éric Zemmour et Marion Maréchal est, lui, unanime pour soutenir le principe d’un allongement de la durée du travail et donc le texte élaboré par Élisabeth Borne. 

A gauche la NUPES réfléchit à la manière de ne pas enliser le débat dans ses propres amendements ce qui risquerait de lui être reproché par les Français désireux d’un vote sur le sujet. Le risque est grand, en effet, que le temps imparti au débat à l’Assemblée ne s’épuise avant un scrutin sur le fameux article 7 qui est censé fixer à 64 ans le nouvel âge de départ en retraites. Les groupes de gauche ont finalement décidé de retirer 1 000 amendements. 

Le Rassemblement National de son côté, hostile au texte depuis le début mais concurrencé par la stratégie volontiers provocatrice de La France Insoumise (dont un député a été exclu quinze jours de l’hémicycle pour un dérapage visant le ministre Olivier Dussopt et un autre sanctionné financièrement pour avoir accusé le même d’être un assassin), va tenter de ne pas laisser l’opposition visible aux mains d’une gauche rompue à ce genre d’exercice. 

Jérôme Besnard

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL