Société

Réseaux sociaux : moins de cul, plus de culture

La lecture des articles est réservée aux abonnés

réseaux sociaux

D’après le « Baromètre Sexisme » qui a sondé 2500 personnes âgées de 15 ans et plus, c’est chez les jeunes générations que le sexisme fait des dégâts. Dans ce rapport, il est question « d’explosion », « d’urgence », d’une « situation alarmante ». Face à cette crise, le Haut Conseil propose des pistes d’action « en urgence pour enrayer ce phénomène », en dix recommandations.  
 
Dans l’ensemble, les propositions du HCE vont dans une seule et même direction : renforcer les discours sensibilisant à l’égalité. Bien que ce soit déjà la stratégie mise en place depuis quelques années, il propose de persévérer dans cette voie en dépit du résultat chaotique qu’ils en tirent. Le Haut Conseil ne semble pas vouloir faire le lien entre l’explosion du sexisme chez les jeunes et l’explosion des discours sensibilisants. Et si, cette surenchère était à l’origine de ce constat inquiétant ?  
 
Lutter contre les inégalités pour un monde non genré 
 
À tant vouloir gommer les inégalités entre les hommes et les femmes, le Haut Conseil va dans le sens de la théorie du genre. N’ayant interrogé que les plus de quinze ans, c’est pourtant à la source que souhaite agir en urgence le HCE. Sur le modèle espagnol, il propose, entre autres, d’interdire la publicité de jouets genrés. Les enfants seraient-ils de nature sexiste ? Manifestement, le HCE s’en inquiète. Une autre recommandation mérite réflexion.  
 
Le Haut Conseil suggère d’instaurer « une obligation de résultat » pour l’application de la loi sur l’éducation à la sexualité et à la vie affective dans un délai de trois ans. Passé ce délai, en cas de non-respect de cette obligation, des sanctions financières seront à prévoir.  
 
En vigueur depuis le 26 août 2021, cette loi met en place trois séances annuelles présentant une vision égalitaire des relations entre les hommes et les femmes. Informer certes, mais aussi éduquer à la sexualité en intervenant dans les collèges, les lycées… et les écoles. Toujours sur « le modèle espagnol », le HCE juge …

Laurine Gaubour

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL