Société

Quand le Parlement fait enfin droit aux agriculteurs accusés de troubles de voisinage

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’est une proposition de loi visant à mieux protéger les agriculteurs contre les plaintes pour trouble anormal de voisinage qui a été examinée le 4 décembre à l’Assemblée nationale. Il s’agit en pratique d’ « adapter le droit de la responsabilité civile aux enjeux actuels » afin de protéger les activités professionnelles préexistantes à l’installation d’un nouveau voisin

Une ingénieuse réforme du droit


L’initiative parlementaire en revient au groupe Renaissance de la majorité présidentielle et a trouvé un soutien de poids en la personne du garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti qui s’est exprimé à ce sujet le 1er décembre lors de sa visite dans une ferme du Morbihan. En effet, c’est une élue de ce département, Nicole Le Peih, qui porte ce texte à l’Assemblée nationale.
L’idée de cette ingénieuse réforme a notamment été soufflée aux pouvoirs publics par le syndicat majoritaire FNSEA et l’avocat Timothée Dufour, 33 ans, d’origine périgourdine. Il a été récemment décoré du Mérite agricole pour son engagement professionnel auprès du monde agricole, notamment dans les affaires de troubles de voisinage opposant des exploitants à des néo-ruraux, souvent peu au fait des usages villageois. Celui que l’on surnomme désormais « l’avocat des champs » affirme volontiers que « le maître-mot de demain, c’est cohabiter les uns avec les autres ». Élaborée dans une optique constructive, une telle adaptation du droit permettant d’écarter plus facilement les recours abusifs satisfait en tout cas la très grande majorité du monde agricole français

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 7 mois

Signaler

1

c'est quand même fou de devoir en arriver à faire une loi pour ça! le "vivre ensemble" moderne!

À lire

[Analyse] Joe Biden se retire, voici Kamala Harris

Notre directeur de la rédaction revient sur la démission expresse du Président sortant des Etats-Unis d'Amérique et son probable remplacement par sa vice-présidente, Kamala Harris comme candidate du Parti démocrate face à Donald Trump.

[Éditorial] La France parlementaire à l’arrêt, Emmanuel Macron seul aux commandes

Faute de majorité parlementaire et prétextant l’ouverture des Jeux Olympiques, le Président de la République a renvoyé la formation d’un nouveau gouvernement à la mi-août. En attendant, Gabriel Attal et son équipe démissionnaire continuent d’expédier les affaires courantes. La situation est inédite mais pas sans solutions.

La gauche radicale poursuit sa guerre contre la filière agroalimentaire française

Le Village de l’eau de Melle (Deux-Sèvres) a été l’occasion d’une action massive des écologistes radicaux à la Rochelle dirigée contre les gros producteurs et collecteurs de céréales utilisant les infrastructures du port de La Pallice. Plusieurs centaines d’activistes ont commis de nombreuses dégradations dans la préfecture de Charente-Maritime ce samedi 20 juillet.

Dernier train pour Benoît Duteurtre

Le monde des lettres françaises pleure la mort prématurée d’un romancier antimoderne, nostalgique d’une France généreuse où la douceur de vivre n’était pas un vain mot. Benoît Duteurtre avait redonné de fort belle façon leurs lettres de noblesse aux trains, aux vaches, à l’opérette et aux plages normandes.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL