Géopolitique

Parti du Travail de Belgique : l’étoile (rouge) montante du communisme

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 L’ambition du PTB est l’implantation locale ; de ne plus se borner à être un mouvement contestataire mais un bien parti d’élus. Son président, Raoul Hedebouw, compte sur les élections communales à venir pour inscrire durablement sa dynamique et faire concurrence aux sociaux-démocrates du Parti Socialiste. Lors des dernières élections régionales, fédérales et européennes de mai 2019, le PTB a réalisé une percée fulgurante dans les différentes assemblées. De 8 sièges occupés en 2014, cette échéance électorale aura propulsé 43 parlementaires vers les chambres décisionnaires. 

 
Le socle et le tremplin 

Les grèves de mineurs de Limbourg, les dockers d’Anvers et les ouvriers des usines de métallurgie d’Hoboken : des luttes symboliques ont émaillé l’histoire de la fondation du Parti du Travail Belge. Né au terme des années 70, dans un contexte que le fascicule du parti juge « néolibéral et destructeur », le PTB a fondé son socle sur la canalisation des mouvements sociaux. Depuis, ils sont de tous les combats, accumulant tous les gages du militantisme. Lutte contre les directives européennes qui annihilent la main d’œuvre industrielle belge ; soutien aux dissidents politiques cubains, angolais et yougoslaves ; universalisation des systèmes de santé... En somme, l’ADN chimiquement pur des luttes socialistes de l’époque. 

Le Parti du Travail Belge se place désormais comme l’une des principales forces de gauche de l’échiquier politique. Imbriqué dans un système de coalition, le PTB profitait jusque lors des alliances de circonstances avec le Parti Socialiste, aujourd’hui en porte-à-faux suites aux scandales de corruption du Qatargate. En 2019, la rupture avait été entamée alors que le PTB fustigeait déjà les penchants libéraux de leurs camarades sociaux-démocrates. 

Le Parti du Travail Belge compte également sur un mouvement de jeunesse : le « Redfox », les « Pionniers » qui font des luttes antiracistes et des droits LGBTQIA+ des étendards de bataille politique. Une …

Paul Beffroy

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier