Culture

On dirait le sud…

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Dès sa naissance, l’idéologie jacobine a combattu les particularités locales, au nom d’un impérialisme culturel revendiqué. Peu s’en fallut que les trésors littéraires de nos provinces disparaissent bel et bien. Stéphane Giocanti a entrepris en regard de retracer l’épopée des littératures d’Oc qui du Moyen-Age à nos jours ont enchanté des générations de lecteurs et de locuteurs. Il a bien raison d’utiliser un pluriel : plus qu’une langue occitane unifiée, ce sont bien des parlers d’Oc qui se sont épanouis : on distinguera a minima le provençal, le languedocien, le gascon, l’auvergnat, le vivaro-alpin et le limousin. À tout seigneur, tout honneur, c’est bien ce dernier parler qui fut, au XIIᵉ siècle, celui des troubadours, de Bertrand de Born et Giraut de Bornelh. 

Le legs de Mistral 

Mais le grand sujet de Stéphane Giocanti, et on ne peut que l’accompagner dans sa démarche, c’est le Félibrige c’est-à-dire le mouvement culturel initié en 1854 par Frédéric Mistral (1830-1914) et ses amis provençaux, par-delà la droite et la gauche, par-delà les frontières internes aux langues d’Oc pour faire revivre les heures les plus glorieuses de nos régions méridionales. Entre 1840 et 1914, plus de 90 journaux et revues vont contribuer à cette salutaire renaissance. Leurs animateurs n’allèrent pas sans rencontrer d’importantes difficultés car, comme le fait remarquer Stéphane Giocanti, « Mistral et le Félibrige s’affrontent non seulement à la centralisation de l’État mais aussi à des remparts de préjugés ». Le progressisme ambiant les renvoyait à un passé soi-disant définitivement révolu. La lutte pour l’enseignement des langues régionales face à une IIIe République centralisatrice, sourde et rétive aux revendications provinciales, tournera en défaveur des félibres, poussant certains fédéralistes, comme Charles Maurras et Frédéric Amouretti à combattre le régime républicain et souhaiter ardemment une restauration monarchique. 

Après certains errements pétainistes, conséquence …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL