Géopolitique

Midterms épisode 4 : le tremplin de Trump

 
Depuis sa défaite et sa prétendue « élection volée », l’ancien président des États-Unis Donald Trump multiplie les meetings politiques. Véritable pré-campagne entamée au premier jour du mandat de Joe Biden, le Républicain rassemble les foules sans discontinuer. 

Son dernier discours laisse d’ailleurs peu de place au doute. Dans l’Iowa ce jeudi 3 novembre, il y déclare notamment : « Et maintenant, afin de rendre notre pays prospère, sûr et glorieux, je vais très, très, très probablement le refaire ». « Le », ici, signifie « être président ». « Préparez-vous » a-t-il ajouté, sous les vivats de ses militants. 

Même parmi son entourage, le mystère se dissipe. L’un d’entre eux a ainsi annoncé une candidature « avant Thanksgiving [équivalent de Noël aux États-Unis, le 24 novembre] ». Préparons-nous, donc, d’autant que le compte Twitter de Donald Trump, formidable source de diffusion de ses idées, devrait être rétabli dans les prochaines semaines. En effet, ses relations avec le milliardaire et nouveau directeur de Twitter Elon Musk semblent s’être réchauffées ces derniers mois après quelques tensions

Mais alors, quelles perspectives au terme de cette annonce ? Tout dépend de la victoire des Républicains aux midterms à dire vrai. Celle-ci est considérée par tous comme étant très probable, mais son ampleur déterminera l’assise du parti de l’éléphant durant les deux prochaines années. En effet, la popularité du président Joe Biden ne fait que décroître depuis le début de son mandat, selon Reuters. Avec 40% d’approbation (55% de désapprobation). À la même époque de son mandat, même Donald Trump était plus populaire. Pourtant, aujourd’hui, les deux rivaux sont presque autant appréciés par les Américains. 

Dans le cas où les Républicains remporteraient à la fois la Chambre des Représentants et le Sénat, le pouvoir de l’opposition serait donc immense. Il en serait alors autant de son leader. Ce leader, Donald Trump aimerait évidemment beaucoup l’incarner. 

Un problème cependant demeure. L’épisode du Capitole, envahi début 2021 par des soutiens de Trump, n’a été oublié par personne, et sûrement pas par la Justice américaine qui enchaîne les procédures envers l’ancien président. Celui-ci doit ainsi régulièrement se rendre à des procès qu’il qualifie de « politiques ». S’il n’a jamais réellement bénéficié d’une image de probité exemplaire, Donald Trump pourrait bien être mis à l’écart par les Républicains qui peinent à savoir sur quel pied danser avec lui. Si son ex-vice-président Mike Pence est un de ses adversaires déclarés au sein du parti, la position du gouverneur de Floride Ron DeSantis est plus ambigüe. Car il est indéniable que Trump rassemble des foules, mais sera-ce assez pour l’emporter dans deux ans ? Si les élections des midterms semblent gagnées d’avance, personne aux États-Unis n’est aussi certain pour 2024. 

La Rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Eric EXTIER

Il y a 1 ans

Signaler

0

Pourquoi ce silence sur le scandale du contenu de l’ordi de Hunter Biden et le rapport Marco Polo ? Même pas un article dans Omerta ! Alors qu’il contient des preuves de traffic d’influence et monte les dessous de la guerre en Ukraine…

À lire

Gouvernement Attal : le dilemme de François Bayrou - [Analyse]

A travers son bras de fer avec Emmanuel Macron, François Bayrou tente de se relancer pour la présidentielle 2027 mais il poursuit également la trajectoire d’une famille politique demeurée minoritaire en France malgré son ancienneté, la démocratie-chrétienne. Éléments de compréhension et d’analyse.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Russie : la croissance rapide de l’économie fait mentir les prévisions des experts occidentaux

La presse anglo-saxonne est plus prompte que son homologue française à évoquer les résultats économiques assez inattendus de la Russie après deux ans de guerre sur le sol ukrainien et plusieurs vagues de sanctions occidentales à son égard. Le FMI estime à 2,6 % la croissance russe pour 2024.

Michel Houellebecq, prophète de la révolte paysanne

Dans son détonant roman Sérotonine (Gallimard) Michel Houellebecq rejoignait dès 2019 les positions de la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole français, qui mobilise aujourd’hui ses troupes dans de nombreux départements. Petit retour sur ces pages littéraires prophétiques.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier