Géopolitique

Liz Truss : opération sabordage

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Le 23 septembre, à l’instigation de Liz Truss, Kwasi Kwarteng, ministre des Finances du Royaume-Uni, annonçait une série de mesures fiscales. Parmi elles, un projet de baisse d’impôts massive et des aides, en particulier pour les factures énergétiques, multipliées par trois depuis octobre 2021. Au-delà de son ambition manifeste, ce « mini-budget » n’était pas totalement chiffré, et devait être financé uniquement par emprunts, ce qui avait emballé les marchés. En quelques jours, la livre sterling avait plongé à un niveau historiquement bas. La Banque d’Angleterre étant forcée d’intervenir, l’ensemble des économistes du pays avaient tiré la sonnette d’alarme : un désaveu majeur, et un camouflet non dissimulé pour la cheffe de l’État. 

Le 14 octobre, face à la tourmente politico-médiatique, Kwasi Kwarteng démissionnait, remercié par la cheffe de l’État

Pour le remplacer, Liz Truss a dû faire des compromis. Avec 71% d’opinions négatives pour 11 de positives, la Première Ministre était particulièrement rejetée. Pour rassembler au sein des tories, une seule solution : nommer un ancien concurrent, d’une autre aile du parti. 

C’est donc Jeremy Hunt, ancien adversaire de Liz Truss pour la présidence du parti conservateur, qui prend le relai. Ancien ministre des Affaires, de la Culture et de la Santé, il avait rallié le principal opposant à l’actuelle Première Ministre, Rishi Sunak. 

La Première Ministre du Royaume-Uni a donc reconnu « des erreurs », pour lesquelles elle s’est dite « désolée », ajoutant qu’elle avait « agi rapidement pour [les] réparer ». Voulant absolument se maintenir malgré la crise, elle a donc dû consentir à une déconvenue majeure, ce lundi 17 octobre, lorsque Jeremy Hunt a annoncé un nouveau plan budgétaire. Ce dernier a notamment présenté des mesures « décisions très difficiles à prendre », pour compenser les « erreurs » faites les semaines précédentes. Au lieu d’une baisse fiscale massive, il a ainsi annoncé que certains impôts augmenteraient, et que …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier