Politique

Les chasseurs épargnés par le gouvernement

Une fois de plus, le gouvernement fait le choix de n’apporter que peu de contraintes à la pratique de la chasse. Au terme de plusieurs mois de débats, quatorze mesures ont accouché au sein du « plan chasse ». L’objectif ? Tendre vers le « zéro accident », alors que l’année dernière a connu une légère augmentation des accidents de chasse, déjà en faible nombre. 
 

Errare humanum est 

Restreindre l’usage de la chasse n’est jamais une mince affaire pour le gouvernement Renaissance. En effet, d’un côté, le gouvernement est incité à prendre des mesures de contrôle, notamment sous la pression d’une opinion publique majoritairement défavorable à la chasse. Ainsi, selon un récent sondage de l’Ifop, ce seraient environ 78% des Français qui souhaiteraient mettre en place un « dimanche non-chassé ». En cause : la peur de se faire tirer dessus lors d’une promenade en forêt, alors que seulement deux accidents mortels en lien avec des promeneurs ont eu lieu sur la saison 2021-2022. 

Deux, c’est déjà deux de trop évidemment. Six autres accidents sont à déplorer sur cette même saison, concernant cette fois les chasseurs eux-mêmes. Mais tout de même, lorsque dans le même sondage, 70% des Français déclarent ne pas se sentir en sécurité en forêt, on peut trouver la réaction excessive. En comparaison, 59% des Français « seulement » se sentent parfois de « en insécurité » selon un sondage publié en juin 2022. Lorsqu’on compare les morts causées par la chasse et celles causées par la montée de la criminalité, on a un peu de mal à comprendre. En parallèle, si l’on excepte l’année 2022, ces vingt dernières années ont vu baisser le nombre d’accidents de chasse. 

Ce qui motive aussi les Français à être opposés à la chasse (51% sont favorables à son interdiction définitive), c’est la protection animale. En effet, alors que 84% des Français accordent une « grande importance » à la protection des animaux. La chasse étant majoritairement vue comme une attaque à la nature, elle ne bénéficie donc pas d’une bonne image. Dans un sens contraire, la communication des chasseurs, consistant à rappeler leur rôle primordial dans l’équilibre de la biodiversité française, tombe dans l’oreille des sourds. 

 
Des annonces prudentes, et électoralistes 

Ce sont donc quatorze mesures qui ont été présentées ce lundi par le gouvernement, dans le but de correspondre aux aspirations de la population et des associations de protection de l’environnement. Pourtant, certaines suggestions comme l’interdiction de la chasse le dimanche (ou dimanche après-midi) ont été rejetées, et pour cause : le gouvernement Macron ménage particulièrement le million de chasseurs français pour obtenir son soutien. 

C’est d’ailleurs de cette manière qu’il avait emporté l’enthousiasme de Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs. Les chasseurs représentant une base électorale non-négligeable, mais clivante, le gouvernement ménage sans cesse la chèvre et le chou les concernant. 

Ainsi, c’est d’abord un délit d’alcoolémie (et de stupéfiants) qui a été instauré par Bénédicte Couillard, similaire à un contrôle positif au volant. Une amende de 135 euros, soit exactement le même barème, sera appliquée dans le cadre d’une partie de chasse avec un taux supérieur à 0,5g/L. 

Ensuite, le gouvernement a souhaité mettre les bouchées doubles sur la formation des chasseurs. L’objectif principal est que tous soient formés d'ici à 2029, avec une formation spécialisée pour les organisateurs de battues. 

Mais une autre mesure a été assez décriée, par les chasseurs comme par les promeneurs : celle d’une application permettant de voir quels sont les terrains chassés. « Absurde » pour certains, « inutile » pour d’autres, l’idée est apparue comme étant paradoxalement…déconnectée. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL