Politique

Le RN refuse de cautionner l’accord entre la France et l’Ukraine

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Le président du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, a donné mardi 12 mars les principales raisons pour lesquelles son parti politique ne soutiendra pas au Parlement l’accord bilatéral franco-ukrainien signé récemment, le 16 février, par Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky. Sa déclaration démontre la volonté du RN  de ne pas se laisser enfermer dans le piège tendu par l’Élysée à son encontre trois mois avant les élections européennes. 

Les explications de la tête de liste RN aux élections européennes sont très claires. Souhaitant « soutenir l’Ukraine » mais « éviter l’escalade », le principal parti souverainiste refuse l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne, qui mettrait à mal l’agriculture française et dans l’ OTAN, ce qui constituerait un chiffon rouge permanent pour la Russie. D’autre part, la volonté d’entrer dans une logique de « dissuasion active » vis-à-vis de la Russie peut être problématique quant à l’équilibre des puissances nucléaires que sont nos deux pays. Aucune précision sur le sens du mot dissuasion dans cet accord n’a jusqu’ici été apporté. 

Marine Le Pen dénonce l’instrumentalisation du conflit 


Lors du débat parlementaire, après des propos peu convaincants de Gabriel Attal, Marine Le Pen, présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale, a assumé sa position divergente de celle d’Emmanuel Macron.  Répondant au Premier ministre, Marine Le Pen lui a fait remarquer que « cette guerre se terminera inévitablement par une négociation ». Elle a globalement reproché à l’exécutif d’utiliser ce conflit et les souffrances du peuple ukrainien pour nourrir son propre agenda politique. 

La position gouvernementale sur l’accord franco-ukrainien a finalement été approuvé à une large majorité : 372 voix contre 99, avec 101 abstentions. Outre LFI et le PCF, Nicolas Dupont-Aignan a voté contre, seul député de droite à le faire. Chez les Républicains (LR), favorables à l’accord,  on notera néanmoins onze abstentions dont celles de Thibault Bazin, …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

RN diatribe antigouvernementale puis abstention ??? mme ménard vote pour!!! bon le hachoir à viande va continuer

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL