Politique

Congrès des maires de France : éviter la fronde

 Il y a cinq ans, c’étaient les huées qui avaient accueilli le Président de la République lors du Congrès des maires de France. Cette année devrait voir une autre musique se jouer. Autrefois considéré comme très jacobin, Emmanuel Macron aurait adouci son image auprès de certains élus, et surtout David Lisnard, étoile montante des Républicains et président de l’AMF. 


Les communes se bouclent la ceinture 

En septembre dernier, les maires exprimaient déjà leur mécontentement vis-à-vis du budget 2023, et ce, malgré la hausse exceptionnelle de 320 millions d’euros accordée par le gouvernement. En effet, nombre d’entre eux exprimaient un manque d’un milliard d’euros, notamment dû à l’inflation. Un geste du gouvernement qui porte ce budget à son plus haut niveau depuis 2013, mais toujours insuffisant. David Lisnard a ainsi rappelé que « le gouvernement a intérêt à essayer de trouver des compromis avec notre association », bien qu’heureux que « le discours de l'Élysée ait complètement changé ». Un dialogue possible, donc, bien que pas encore tout à fait acquis. 

Pas de discours du Président de la République cependant. Même si les relations entre l’exécutif et les collectivités s’est apaisé depuis quelques mois, le souvenir de son premier quinquennat, marqué par la suppression de la taxe d’habitation, n’a pas totalement disparu. Pour les maires de France, c’est là que se situe le fameux « milliard manquant ». Alors que 90% des élus se disent « inquiets » quant au budget de leur commune, le ras-le-bol pourrait bien avoir d’importantes conséquences. Selon un sondage de l’Ifop, 55% d’entre eux ne comptent d’ailleurs pas se représenter en 2026, lors des prochaines élections municipales. 

 
Un rassemblement politique 

Évidemment, ce congrès n’est pas anodin, et Emmanuel Macron compterait bien s’en servir. En effet, après son absence de majorité à l’Assemblée Nationale, le Président de la République pourrait bien profiter du millier de maires présents pour tisser quelques liens, même symboliques, avec des élus locaux. 

Chez eux, on retrouve en effet nombre d’étiquettes LR ou PS, les deux partis historiques. Or, comme les élections présidentielles de 2017 et 2022 l’ont prouvé, ces deux partis sont largement miscibles dans la majorité présidentielle. Alors que le Parti Socialiste se divise entre pro et anti-Nupes et que les LR adoptent la stratégie de « l’opposition constructive », une force d’élus pourrait bien aider la majorité, à l’intérieur des partis comme en tant que transfuges. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL