Politique

La question de la Nupes divise le PS à la veille du 80e congrès du parti

 
À deux mois du 80e congrès du parti socialiste, Olivier Faure prépare sa réélection en lançant la riposte face aux anti-Nupes du PS. Le premier secrétaire du parti affirme, dans une tribune parue dans l'Express, avoir recueilli 1500 soutiens de cadres du Parti socialiste. Le texte, publié le 19 octobre, affiche un franc soutien à Olivier Faure et pose les jalons de la stratégie que doit emprunter le parti. La tribune rappelle l'échec subi par le PS lors des deux dernières présidentielles, notamment celle de 2022, où le parti n'a récolté qu'1,7% des suffrages. 

Le texte met en avant l'union de la gauche comme condition sine qua non à la victoire du parti. La Nupes est présentée comme faisant partie de la continuité historique du « Front Populaire », du « Programme commun » et de la « gauche plurielle ». La tribune appelle également à élargir l'union à toutes les forces de gauche, que cette dernière soit « sociale », « associative » ou « politique ». L'allégeance à cette union est donc nettement affirmée, faisant d'Olivier Faure l'incarnation du PS pro-Nupes. 

Les soutiens d'Olivier Faure estiment par ailleurs que le PS doit redevenir central à gauche en passant par une refondation. Pour parer aux réticences de certains cadres face à l'union, le texte appelle à rester « unis derrière un Premier Secrétaire qui (…) nous a sortis du désastre annoncé », malgré les « différenciations » que pourrait entraîner le congrès à venir. Enfin, la tribune assure que le parti doit se réinventer radicalement, en commençant par comprendre pourquoi les électeurs des classes populaires « ont rejoint l'extrême droite ». Cet appel à la remise en question est couplé à la volonté de promotion de la gauche « du faire » de laquelle se revendique le PS. 

Cette tribune dans laquelle des cadres du PS déclarent leur soutien à Olivier Faure et à la Nupes est une réponse à l'initiative de la troisième voie. Celle-ci, lancée par un groupe de socialistes, parmi lesquels David Assouline et Patrick Kanner, se veut être une alternative aux deux voies tracées par Olivier Faure et son adversaire, Hélène Geoffroy, pour la succession à la tête du parti. Si aucun texte d'orientation n'a été publié pour le moment, David Assouline affirme qu'il défend « des politiques publiques radicales sur le social et la transition écologique, mais aussi sur l'exigence européenne, sur l'exigence républicaine et la laïcité ». Le sénateur expose clairement ses réticences face à la Nupes, affirmant : « La direction ne peut pas continuer à dire que notre stratégie unitaire nécessaire nous impose d'accepter le leadership politique de La France Insoumise. » 

Face à ces voix divergentes, Olivier Faure réaffirme ses positions dans la Tribune de l'Express. La semaine prochaine, il tentera de convaincre la Présidente du conseil régional d'Occitanie, Carole Delga, opposée au ralliement du PS à la Nupes lors de la présidentielle, de le rejoindre. 





La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Le PS cherche à comprendre pourquoi les électeurs des classes populaires « ont rejoint l'extrême droite »? Ils n'ont qu'à poser la question à Terra Nova (si ce groupe existe toujours).Quant à s'inféoder à la très mal nommée France "Insoumise", ça ne semble pas être le meilleur moyen de remonter le parti.

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL