Société

Cherbourg craint de devenir un nouveau Calais

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Historiquement port d’émigration vers les États-Unis, le port de Cherbourg connaît depuis le Brexit l’explosion et l’ingérence d’intrusions incontrôlées et illégales. Depuis le démantèlement de la « jungle de Calais », les clandestins, en majorité de jeunes Afghans, tentent leur chance de passer de l’autre côté de la Manche. Désemparées face à cette pression migratoire, les autorités sont contraintes d’employer de nouveaux moyens. « C’est le jeu du chat et de la souris », soulignent les autorités, une enquête réalisée pour Le Figaro par le journaliste cherbourgeois Rodolphe Geisler révèle que les migrants n’hésitent pas à défier les policiers sur leur nouvelle aire de jeu. 

Alors que le port de Cherbourg connaît un renouveau important grâce à plusieurs projets de développement, son succès s’accompagne d’une explosion de l’immigration clandestine, notamment en direction de l’Irlande. Insultes, bagarres, coups de feu, ces dernières années la tension monte entre les clandestins et les autorités sur le port français. 

Avec un millier d’intrusions par mois enregistrées cette année, contre 300 il y a à peine deux ans, les menaces sur la sécurité et sur l’économie ont un poids considérable sur la stabilité du commerce. En effet, d’après Yannick Millet, directeur général du port : « Trois entreprises de transport ont menacé de quitter Cherbourg pour Zeebrugge, en Belgique, qu’elles estiment mieux surveillé ! ». Sans compter que la réparation des dégâts causés par les migrants mobilise un budget considérable.   


La mise en place de nouveaux moyens

Dans le cadre des accords de Touquet de 2003, qui engage le Royaume-Uni à fournir une aide financière pour renforcer les mesures de sécurité et les contrôles aux frontières du coté français, une nouvelle clôture de 4 mètres a été installée en doublon juste devant l’ancienne clôture de 2,80 mètres. Soutenue par une aide financière de 3,2 millions d’euros par la Border Force britannique, le maillage métallique étroit empêche également …

Tatiana Ghanem

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL