Culture

Anima : “Le Grand remplacement de l’homme”

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Quelle est la genèse de l’âme ? Cette “idée que l’homme se fait de lui-même face à la mort” ? Le philosophe postule qu’à l’origine, l’homme, voyant des êtres chers mourir, a inventé l’âme pour donner une permanence à ceux qu’il avait aimés et qui n’étaient plus. Créée par l’homme pour conjurer le sort humain, pour se consoler, et non par un dieu qui l’aurait offerte aux mortels, l’âme a par la suite été reprise par les religions et la sotériologie antiques. À ce titre, Michel Onfray démontre la parenté étroite du christianisme, des croyances de l’Égypte antique et du platonisme. 

Mais, comme l’explique le philosophe, l’âme a depuis été dégradée et finalement détruite. Cet anéantissement trouve ses premiers germes dans le dévoiement du christianisme, provoqué notamment par l’apôtre Saint Paul, accusé par Michel Onfray d’avoir fait de la haine du corps le corollaire de l’âme chrétienne, préfigurant ainsi sa destruction. 

Par la suite, le matérialisme s’est frayé un chemin dans la pensée occidentale, affaiblissant et déconstruisant l’âme. Accompagnant cette entreprise de destruction, la volonté de créer un Homme nouveau, édictée pour la première fois par Saint Paul, reprise par les révolutionnaires jacobins de 1793, puis par les différents régimes totalitaires du XXe siècle. Ce dessein motive aujourd'hui les entrepreneurs du transhumanisme et les progressistes qui vantent la déconstruction. 

Car si l’âme n’existe plus, si l’homme ne diffère plus, grâce à elle, de l’animal ou de toute autre espèce vivante, rien n’empêche de le repenser, de le recréer ou de l’améliorer. Le philosophe nous exhorte ainsi à nous méfier des “progrès” de la science qui promet le perfectionnement de l’homme, mais qui serait, en réalité, le cheval de Troie d’une “nouvelle barbarie”. 

Penseur matérialiste, Michel Onfray n’en déplore pas moins la destruction de l’âme et sa conséquence : le Grand remplacement de l’homme, qu’il analyse avec une féroce acuité.

Michel Onfray, Anima. Vie et mort de …

Pierre-René Lavier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL