Géopolitique

Uruguay, au cœur de l’Amérique laïque

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Le 9 décembre, pour beaucoup de Français, n'est pas un jour d'exception. Certains se rappellent la date historique, d'autres ont peut-être récemment fait vivre un petit évènement en l'honneur de la fête de la laïcité instaurée en 2021, jour anniversaire de la promulgation de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État. Certains acteurs politiques, du fait de son importance majeure, voudraient même rendre le jour férié, comme Jean-Luc Mélenchon dans son programme pour la présidentielle de 2022. 
En attendant, il peut être au moins l'occasion à cette date de comparer notre modèle avec d'autres systèmes à travers le monde, surtout quand ceux-ci partagent des racines communes. 
En l'occurrence, on peut se pencher sur un petit pays également divisé comme nous le sommes entre religion et laïcité, parfois très radicale. Et pour cause : ses habitants se souviennent régulièrement de la séparation des Églises et de leur État, lorsqu'ils célèbrent le 25 décembre, en famille… la "fête de la famille". Ce pays, l'Uruguay, qui a également muté parmi d'autres la semaine sainte - fériée, contrairement à notre France - en "semaine du tourisme", n'a pas hésité à convertir sa longue histoire de laïcité en règles qui étonneraient même un Français. 
      
Dans ce pays d'à peine 3,5 millions d'habitants pour 38% de catholiques en Amérique latine, c'est une influence très parisienne qui se fait sentir qui donnera au pays un goût prononcé de jacobinisme, bien planté en terreau favorable : une capitale marchande, très européenne et éduquée (et comptant plus de la moitié des habitants du pays), et une Église insuffisamment implantée dans les campagnes conservatrices ; suffisamment en revanche pour incarner un ennemi de l'état centralisateur, vainqueur en 1904 d'une guerre civile contre les « gauchos » ruraux et catholiques. L'État doit être le nouveau « caudillo » (chef militaire) capable de rassembler le pays, et l'Église est un contrepouvoir à affaiblir, tout comme elle le fut …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

En ralliant un ancien directeur de l’agence Frontex, le RN affiche une belle prise de guerre

Fabrice Leggeri, qui dirigea l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes Frontex de 2015 à 2022, figurera en juin à la troisième place de la liste du Rassemblement national menée par son président Jordan Bardella. Ce haut fonctionnaire, ancien élève de l’École normale supérieure et de l’ENA connaît la question migratoire sur le bout des doigts.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier