Économie

Union sacrée pour le nucléaire

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Alors que la crise énergétique bat son plein, une large part de la sphère politique semble avoir pris le parti du nucléaire. Un texte, proposé par la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, va ainsi être voté ce mardi au Sénat. 

Son but ? Faciliter la mise en place du grand plan de construction d’EPR décidé par Emmanuel Macron il y a un an à Belfort, lors d’un discours portant sur la souveraineté énergétique. La visée de cette « grande aventure du nucléaire civil » est ambitieux, mais nécessaire : construire six à huit nouveaux EPR d'ici à 2050. 
 

Une loi au service d’objectifs ambitieux 

Le but de l’entreprise n’est pas de diminuer la sécurité de la centrale, loin de là. Alors que l’énergie nucléaire est souvent la cible d’attaques en ce sens par les pro-éoliennes. En fait, ce texte est bien plus une lutte de l’État contre l’État : empêtré dans ses innombrables procédures administratives et réglementations, il est aujourd’hui obligé de faire adopter une loi circonstancielle pour les outrepasser. 

L’EPR de Flamanville sert aujourd’hui de contre-exemple dans la construction des centrales. Entamée en 2007 et prévue pour cinq ans, sa construction n’est toujours pas achevée aujourd’hui, et sa mise en service est seulement prévue pour 2024. Evidemment, les milliards d’argent public ont suivi : au final, le chantier en coûtera plus de 19, au lieu des 3,3 initiaux. 

Alors, plus question de reproduire les mêmes erreurs. La première paire de réacteurs devrait être prête entre 2035 et 2037, à Penly, en Normandie. La seconde sera localisée à Gravelines, dans les Hauts-de-France, entre 2039 et 2041, et la troisième à Tricastin, pour 2043. Pour se donner les moyens de ses ambitions, le gouvernement veut donc être en capacité de commencer à couler le béton le plus rapidement possible, dès la fin du mandat si possible. 

L’État sera alors en possibilité de réaliser des économies d’échelle, de série, lors de son grand plan de recrutement d’ingénieurs nucléaires, …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL