Société

Un mort à Dijon, ville gangrénée par le trafic de drogue

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Il est minuit et demi au nord de Dijon, rue Auguste-Blanqui, dans le quartier Stalingrad, lorsque une fusillade éclate ce dimanche 26 novembre. Une voiture, où se trouvent deux hommes, a ouvert le feu sur un immeuble. Au moins soixante douilles de munitions seront retrouvées par les forces de l’ordre à l’issue de la fusillade. 

Au numéro 14 de la rue, au premier étage d’un immeuble de logements sociaux, à taille humaine mais comprenant quatre entrées, un habitant âgé de 55 ans, père de famille, est tué sur le coup alors qu’il était couché dans son lit. La victime avait le tort d’habiter un « point de deal » autrement près d’un droit de vente de drogue à la sauvette. On a appris lundi 27 novembre que la voiture impliquée dans la fusillade de la rue Auguste-Blanqui avait été retrouvée dans un box. 

Rien de neuf dans cette ville


Dijon, capitale régionale de 155 000 habitants, est représentative de ces villes moyennes françaises de plus en plus gangrénées par le trafic de drogue où les dealers ont trop souvent l’impression de pouvoir agir en toute impunité, si ce n’est la menace que peuvent faire peser des bandes rivales qui ouvrent désormais volontiers le feu sur leurs concurrents. Avec l’affaire de Dijon, force est de constater une nouvelle fois qu’en matière de drogue la situation dans les quartiers nord de Marseille ne constituent en fait que la partie émergée de l’iceberg. Le maire macroniste de Dijon, François Rebsamen, a d’ailleurs dénoncé dimanche un « problème national » relatif au trafic de drogue.

En juin 2020, de violents heurts avaient opposés à Dijon les communautés tchétchènes et maghrébines dans le quartier populaire des Grésilles. Des évènements qui avaient eu un retentissement national, provoqués par l’agression d’un jeune tchétchène de 16 ans par des dealers. Un différend intercommunautaire qui avait abouti à une conciliation à la mosquée locale.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 5 mois

Signaler

0

à croire que certains ont des rétrocommissions tant les dileurs sont laissés tranquiles

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL