Géopolitique

Ukraine : Poncins, l'anti-Martinon

 C'est sous la plume d'Amaury Brelet que Valeurs Actuelles a publié dans son numéro du 24 novembre 2022 un article à charge visant Étienne de Poncins, le très giscardien ambassadeur de France en Ukraine.  « La responsabilité d'Étienne de Poncins dans la gestion erratique de la crise est immense », synthétise le journaliste qui a collationné des témoignages de diplomates français. On y apprend qu'il a été décoré de la médaille d'honneur des Affaires étrangères, échelon or, une décoration en principe réservée aux auteurs d'  « actes de bravoure et de dévouement », ce qui semble loin d'être le cas de cet ambassadeur. Un diplomate français confie à OMERTA que  « le personnel de l'ambassade se venge », car dans le livre qu'il vient de publier, Étienne de Poncins dézingue son équipe sur le thème : « J'étais le capitaine d'un bateau ivre ». 

Un autre cadre du Quay d'Orsay surenchérit, toujours pour OMERTA :  « Étienne de Poncins a une réputation épouvantable, qui parachève notre marginalisation diplomatique ». Loin d'être glorieuse, l'évacuation temporaire de Kiev par notre ambassade relevait plutôt de la Retraite de Russie, comme le dit notre premier interlocuteur :  « Des agents de l'ambassade sont rentrés en France par leurs propres moyens, par la route, avec l'aide de leurs collègues aux différentes étapes en Pologne et en Allemagne ». Il ajoute, goguenard :  « Il a été inspecteur des Affaires étrangères pendant quatre ans avant d'être nommé en Ukraine. Il était donc chargé de faire respecter dans nos ambassades les règles dont il s'est lui-même affranchi ». Notre autre source ose la comparaison avec l'attitude bien différente du sarkozyste David Martinon, ambassadeur de France à Kaboul lors de la prise de la ville par les Talibans au mois d'août 2021 :  « Les équipes de Martinon qui ont vécu l'évacuation avec lui conservent beaucoup de respect pour son attitude digne et son efficacité ». 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

GG DD425

Il y a 1 ans

Signaler

0

là où on regarde c'est dépriment ! EM ose tout

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier