Géopolitique

Ukraine : obus à sous-munitions, un aveu de faiblesse ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Interrogé par un journaliste sur pourquoi il avait autorisé l’envoi d’obus à sous-munitions à l’Ukraine, le président américain Joe Biden a répondu avec une stupéfiante franchise : « Parce que nous commençons à manquer de munitions. » Cette décision est lourde de sens et de conséquences. Commençons par rappeler qu’il y a un an, Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, avait déclaré que l’usage observé par les Russes de ce type de munitions dans la guerre en Ukraine pouvait être considéré comme un « crime de guerre ». Le volte-face américain est donc impressionnant et, si l’on en croit Joe Biden, il signifie aussi plus clairement que la contre-offensive que le camp occidental a pressé l’Ukraine de déclencher n’a pour l’instant pas porté ses fruits sur le terrain. 

Commencée le 4 juin dernier, elle n’aurait permis en un mois de reconquérir à peine 250 km2. On est loin des objectifs affichés de percer jusqu’à Melitopol ou Berdiansk, ou encore de reconquérir la Crimée. En réalité, la première ligne de défense des Russes n’a toujours pas été franchie. En dépit de l’arrivée sur le front de matériel occidental dernier cri dont les fameux chars allemands « Leopard II » et les véhicules « Bradley », la guerre continue d’être inégale. Les Russes peuvent utiliser tout leur arsenal de destruction pour frapper des objectifs depuis les territoires qu’ils ont conquis en Ukraine, comme depuis la Russie. Les Ukrainiens sont eux privés d’armes à longue portée. Ils n’ont pas la maîtrise du ciel et leurs alliés leur interdisent de frapper le sol de la Russie. Dans ce contexte, la victoire ukrainienne et l’objectif de reconquête de l’intégralité du territoire fixé par Zelensky semblent très difficiles à réaliser, voire irréalistes. 

Sans compter qu’à mesure que la guerre dure, on assiste à un poker biaisé où les Russes cacheraient leurs cartes derrière un solide rideau défensif tandis que nous, occidentaux, nous leur montrerions notre jeu, avec toute la palette de nos armes …

Régis Le Sommier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Martine Lepage

Il y a 10 mois

Signaler

0

La Fédération de Russie n'a jamais eu pour objectif d'envahir Kiev. Le nombre de militaire positionné près de la capitale ne pouvait le laisser penser. Monsieur Le Sommier devrait, à nouveau, se rapprocher du Colonel Baud qui lui ré-expliquera quels étaient et quels sont les objectifs de cet état. Ecrire de telles contre-vérités est inadmissible pour qui se dit être au plus prêt de ce conflit ; visiblement Omerta n'est pas plus juste dans son information que les médias "main stream"...

Jérôme Lauvaux

Il y a 10 mois

Signaler

0

J'aimerai connaître votre analyse sur la fourniture de missiles SCALP par le Royaume-Uni et la France à l'Ukraine. Quels sont les avions porteurs envisagés?

Yann MORELLEC

Il y a 10 mois

Signaler

0

La défaite des Ukrainiens , donc des occidentaux , est déjà écrite...des centaines de milliers de morts pour RIEN...l ' Ukraine sera un état fédéral neutre !!

philippe paternot

Il y a 10 mois

Signaler

1

les américains condamnaient l'utilisation d'armes à sous munitions, mais se félicitent d'en fournir à zélinski! bravo le double langage

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier