Géopolitique

Ukraine : à Odessa, le récit poignant de civils pris dans la guerre

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le 14 juin dernier, la ville d’Odessa, dans le sud-ouest de l’Ukraine, a de nouveau senti l’odeur de la poudre, après quelques mois de répit. Deux missiles ont traversé le système antiaérien de protection, et ont atterri dans le quartier de la gare. Un centre commercial s’est embrasé et les vitres de l’Université Polytechnique de la ville ont été soufflées. Pour la première fois depuis quelques mois, les sirènes de la ville ont retenti au niveau d’alerte maximale. Pour les habitants, ces bombes marquent la fin d’une relative accalmie qui régnait sur la ville depuis le retour du printemps.
 
Plutôt épargné par le conflit, le plus grand port d’Ukraine n’en est pas moins jusque-là en situation de siège. Au large, les navires russes encerclent la ville, que protège une barrière de mines maritimes. Le port, autrefois grouillant de monde, est plongé dans la morosité. Seuls quelques navires vont et viennent charger des céréales à destination de l’Europe, conformément à un accord international signé entre l’Ukraine, la Russie et la Turquie. La statue du duc de Richelieu, petit neveu du Cardinal, qui surplombe l’escalier Potemkine, est recouverte de sacs de sable. Les voitures de luxe qui déambulaient dans la ville ont cédé la place aux véhicules militaires. Dans ce paysage postapocalyptique, les habitants vivent au rythme des événements militaires. Ainsi, deux semaines auparavant, les terrasses de café étaient assaillies par les badauds, profitant du début de l’été qui commence ici le 1ᵉʳ juin. Mais cette effervescence a rapidement pris fin à l’annonce de l’explosion du barrage de Nova Kakhovka le 6 juin. Un sentiment d’inquiétude remplit la ville depuis. La peur de nouveaux bombardements, comme ce fut le cas au début du conflit, a gagné les Odessites, jusque-là plutôt épargnés par la guerre. Et à raison.
 
Pour comprendre l’atmosphère qui règne parmi les civils, Omerta a contacté certains Ukrainiens, Moldaves ou expatriés français qui séjournent là-bas. Le premier à avoir …

Julien Lusinchi

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

maryline dourlen

Il y a 1 ans

Signaler

0

Zelenski a été élu en 2019

maryline dourlen

Il y a 1 ans

Signaler

1

il serait judicieux de relire vos articles c'est pas Zelenski qui a interdit l'usage du russe, c'est l'ancien président (Porochenko) qui la interdit

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier