Géopolitique

Todd, Védrine : spécialistes non-conformistes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’est le lot d’une certaine idée de la géopolitique aujourd’hui que d’être mis au placard au profit des slogans. Emmanuel Todd peine à échapper à une certaine image de « rebelle destroy » - entendre : indépendant – que ses positions franches lui ont values en France. Il publie d’ailleurs son nouveau livre, La Troisième Guerre mondiale a déjà commencé uniquement au Japon, où sa réputation n’est pas celle que lui font des médias français à l’instar du journal Le Monde. Hubert Védrine, quant à lui, incarne un establishment mitterrandien très accepté médiatiquement. L’ancien ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, qui fut président de l’Institut François Mitterrand, est pourtant régulièrement accusé de faire le jeu de la propagande russe.

Pourtant, quand l’un prédisait l’effondrement de l’Union soviétique dans La Chute finale (1976, Robert Laffont) et la crise de l’immobilier américain, l’autre théorisait L’Hyperpuissance américaine (2000, Fondation Jean Jaurès) et s’opposait aux néoconservateurs de l’administration Bush dans Multilatéralisme : une réforme possible (2000, Fondation Jean-Jaurès). 

Mais surtout, les deux hommes ont en commun une analyse « réaliste », qui n’a pas fondu comme neige au soleil après l’invasion du Donbass l’an passé. Au contraire, les deux estiment qu’une « realpolitik » permettrait de trouver des solutions efficaces au conflit, par-delà les discours moraux et aveuglant. Dressons en parallèle les positions de ces deux analystes pas vraiment conformistes. 

Constat amer, mais constat d’abord

Le monde tel qu’il est, et non tel qu’il devrait être. Une position privilégiée par Todd et Védrine dans leur travail, c’est-à-dire analyser une situation afin de la résoudre. Dans un entretien à la chaîne Elucid sur son dernier ouvrage, l’historien confesse volontiers un certain « tropisme anglais et américain », pour attester que « tout le monde a des biais cognitifs ». De son côté, l’ancien président de l’Institut François Mitterrand expose …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

jean-marc Blanc

Il y a 11 mois

Signaler

0

Oû pourrais je trouver plus de détails sur ces faits, svp ?

alain CAVROT

Il y a 11 mois

Signaler

0

excellente question.

Rose-Marie Bielawsky

Il y a 11 mois

Signaler

0

Y a t'il quelqu'un capable de savoir les noms des hauts militaires français qui ont été "liquidés" dans l'aciérie de Marioupol par les ukro-nazis d'Azov. Cela permettrait de faire ouvrir les yeux aux militaires français qui vont avoir l'ordre "d'accompagner" nos blindés en Ukraine dans un premier temps, et dans un deuxième temps de nous rappeler que Macron n'a pas voulu "chercher" les corps de ces militaires pour que la France ne sache pas qu'elle avait "participé" depuis 2014 à la formation des bio-terroristes ukrainiens.

Guillaume Fourmentin

Il y a 11 mois

Signaler

1

Juste pour confirmer les analyses de Mearsheimer « https://youtu.be/qciVozNtCDM » ou de Ramzi Mardini «  https://nationalinterest.org/feature/course-correcting-toward-diplomacy-ukraine-crisis-204171 « 

À lire

En ralliant un ancien directeur de l’agence Frontex, le RN affiche une belle prise de guerre

Fabrice Leggeri, qui dirigea l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes Frontex de 2015 à 2022, figurera en juin à la troisième place de la liste du Rassemblement national menée par son président Jordan Bardella. Ce haut fonctionnaire, ancien élève de l’École normale supérieure et de l’ENA connaît la question migratoire sur le bout des doigts.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier