Société

[Essai] Terrorisme palestinien : le scandale de l’enquête Copernic

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le vendredi 3 octobre 1980, veille de Shabbat, une bombe fixée à l’arrière d’une moto explose à 18h35 devant la synagogue libérale de la rue Copernic, dans le XVIe arrondissement de Paris, où se pressent trois cents fidèles. On relèvera quatre morts dans la rue et une quarantaine de blessés. Le soir même, le MRAP, officine antiraciste proche du PCF, lance une rumeur attribuant l’attentat à un groupuscule néonazi qui l’aurait revendiqué, la FANE. Il n’en faut pas plus pour rassembler 200 000 personnes dans la rue. 

Il faut dire que, même si la rentrée sociale est très calme, nous sommes à quelques mois d’un scrutin présidentiel qui s’annonce serré entre le Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing et le chef de file de l’union de la gauche, François Mitterrand. Ce dernier justement, comme son lieutenant Jean-Pierre Chevènement, va immédiatement pointer du doigt l’extrême-droite qui est accusée de prospérer à l’ombre de l’Élysée. Le quotidien gauchiste Libération fait de même sous la plume de Serge July. Cela pèsera dans la défaite de Giscard au début de l’année suivante.

La machine antifasciste s’emballe et tourne à plein régime, droite et gauche confondue, alors que l’extrême-droite est résiduelle et presque inexistante dans le pays. Les Renseignements Généraux mettent néanmoins tout en œuvre, sur ordre du pouvoir politique, pour retrouver les coupables au sein de la mouvance néonazie malgré certains indices pointant du doigt une possible piste pro-palestinienne. 

La piste libanaise

Rapidement, l’enquête conclut à l’utilisation de faux passeports chypriotes par les terroristes. La piste moyen-orientale est retenue, bien loin du délire collectif et médiatique attribuant l’attentat à l’extrême-droite française. On soupçonne le FPLP-OS mais l’enquête piétine jusqu’à ce qu’un nouveau rapport de la DST atterrisse au printemps 1999 sur le bureau du juge d’instruction antiterroriste Jean-Louis Bruguière. Il met en cause un ressortissant libanais nommé Hassan Naïm …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Martine Lepage

Il y a 1 ans

Signaler

0

A chaque évènement "violent", avant même tout début de commencement d'investigation, le coupable est tout désigné par les médias de grands chemins manipulant une masse irrationnelle prompte à la vindicte...

Claude ROUQUET

Il y a 1 ans

Signaler

0

La vérité sera peut-être établie (rien n’est moins sûr), mais le mal est fait: le mythe d’une extrême-droite fasciste et assassine a permis l’élection de François Mitterrand. Aucun jugement ne réparera le mal qu’il a fait à la France, et après lui, tous ses successeurs.

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL