Géopolitique

Sommet de Davos 2023 : les puissants d’un monde fragmenté

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Le prince de Monaco, la reine de Belgique, le patron de l’OMS, Bruno Le Maire, Christine Lagarde, l’acteur Idriss Elba, le secrétaire général de l’ONU, et l’inénarrable Ursula von der Leyen… La liste d’invité au Forum économique mondial de Davos est bien longue, et toujours aussi prestigieuse. Alors que comme toujours, les théories sur un supposé complot mondial s’agitent, il est bon de rappeler que toutes les réunions officielles des membres du forum sont en libre accès. 


Les milliardaires dans le viseur 

Si Davos réunit un grand nombre d’ultra-riches, le forum a visiblement été capable d’une certaine autocritique : plusieurs évènements ont ainsi mis en cause les milliardaires. 

Le Forum a ainsi commencé : trois cents activistes se sont réunis dans la petite ville suisse dès son lancement, avec deux revendications principales : une taxe climatique pour les ultra-riches, et l’annulation de la dette des pays dits « du Sud » [des pays pauvres]. 

Le nouveau rapport de l’Oxfam, association influente de lutte contre la pauvreté dans le monde, aurait ainsi révélé que depuis 2020, le 1% des personnes les plus riches du monde aurait « capté » 63% des richesses produites. Son objectif ? Diviser par deux le nombre de milliardaires dans le monde dans la décennie, pour les interdire à long-terme. 

En parallèle de ces actions médiatiques, une tribune signée par deux cents « riches » a été signée pour demander… à être plus taxés ! Arguant l’importance de la disparité des richesses dans le monde, ils se sont autoproclamés « Patriotic millionaires » (Millionnaires patriotes). Avec, pour interrogation finale : « Qu’est-ce qui –ou qui- vous en empêche ? ». Parmi les plus de deux cents millionnaires, deux seulement sont français. 

C’est également la philanthropie qui a été discutée lors du Forum : l’envoyé américain pour le climat, John Kerry, a exhorté les milliardaires à tourner leurs dons vers la lutte contre le réchauffement climatique, qui ne représenterait à l’heure actuelle que 2% …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier