Économie

Russie : la croissance rapide de l’économie fait mentir les prévisions des experts occidentaux

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, avait promis au mois de mars 2022 à la télévision de « provoquer l’effondrement  de l’économie russe » grâce à une politique de sanctions occidentales. Autant dire d’entrée que le scénario s’est révélé faux et que l’économie russe a bien résisté aux sanctions qui lui ont été imposées suite à son intervention militaire en Ukraine. 

Comme le rapporte le Financial Times dans un article daté du 30 janvier, le FMI estime que l’économie russe connaîtra une croissance beaucoup plus rapide que prévu initialement en cette année 2024, les commandes militaires initiées par Vladimir Poutine alimentant cette tendance. En effet, 35 à 50 % de la croissance russe, selon les estimations serait dû à son complexe militaro-industriel.

Des sanctions contournées


Le PIB de la Russie devrait ainsi progresser de 2,6 % cette année après un bond de 3 % l’an dernier. La précédente estimation du FMI pour 2024 portait sur une croissance de 1,1 % seulement. La Banque centrale russe, elle, estime cette croissance à 1,5 %. Cette prévision de croissance est notamment soutenue par la consommation induite par une hausse réelle moyenne des salaires de 13,3 % l’an dernier, c’est-à-dire une fois prise en compte l’inflation.

Dans le même temps, les banques russes affichent des bénéfices records sont un autre signe de la relative résilience de l’économie russe malgré les sanctions occidentales et les efforts américains et européens pour lui nuire, toujours selon le Financial Times

Il faut dire que les sanctions économiques frappant des États « voyous » fonctionnent rarement : rappelons-nous que le régime communiste de Cuba est sous sanctions américaines depuis 1960 et que l’Iran des mollahs est, lui, frappé de telles mesures depuis 1980. En achetant 90 % de la production de pétrole russe par exemple, l’Inde et la Chine contribuent largement à donner de l’air à la Russie. La Turquie, de son côté, vient compléter ce duo sur le plan des …

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL