Politique

Roselyne Bachelot: la dame de piques n’a pas de cœur

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Dans son dernier ouvrage 682 jours (Plon, sorti le 5 janvier), l’ancienne ministre de la Culture livre des anecdotes croustillantes sur les mondanités. Sous-titré « le bal des hypocrites », Roselyne donne le ton. Sa plume ne sera pas de bois ! On connaissait son franc-parler, on connaissait moins la dame des piques. Tous les milieux sont dans son viseur : le cinéma, la musique, la politique. Roselyne règle ses comptes avec les « traitres » et les « hypocrites », tout en ne manquant pas de rappeler le combat qu’elle a mené pour sauver la culture en pleine crise sanitaire. 
 
Elle a répondu à l’appel, mais ignore le son du clocher. Elle n’aura pas sauvé le patrimoine français riche d’églises et de châteaux, qui resteront des vestiges de l’histoire trop coûteux pour l’État. La grande victoire de Roselyne, c’est l’Opéra de Paris pour lequel elle s’est battue. Elle raconte sa bravoure en y consacrant deux chapitres entiers dans son livre : « L'Opéra de Paris est une formidable vitrine de la France ! C’est une des scènes lyriques les plus respectées, les plus emblématiques, c’est aussi un moteur économique, et tout ça il faut le respecter, le faire vivre ». Mais oui, « c’est aussi ça le rôle d’un ministre ! », se faire plaisir ! 
 
Les ragots vont bon train et la ministre des territoires balance sur tous les milieux. On apprend entre autre que Jean-Michel Blanquer « s’empiffre d’œufs et de pain grassement beurré » et qu’il « vaut mieux l’avoir en photo qu’en pension ». Qu’avec l’âge, Jack Lang « est devenu sourd comme un pot » et qu’il « refuse visiblement de se faire appareiller ». Ou encore qu’une « sorte de fraternité, de sororité » s’est établie entre elle et Élisabeth Borne. Au bal des hypocrites, on regrette l’absence du roi : rien sur le président. Une plume certainement retenue par son amitié à l’égard de Brigitte Macron. L’anecdote sur sa prétendue suggestion de remplacer la flèche de Notre-Dame par un phallus a été corrigé par Roselyne elle-même, au micro de …

Laurine Gaubour

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Eric SIMONOT

Il y a 1 ans

Signaler

0

3ème paragraphe : “ l’anecdote …a été corrigée..” avec un e car le mot est féminin

À lire

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL