Économie

Quand l’inflation n’épargne personne

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Jamais un mois de septembre n’avait vu un Livret A aussi florissant. La somme des dépôts, comparée à celle des retraits, atteint une « collecte nette » de 2,7 milliards d’euros. Ce record, s’il n’atteint pas le chiffre du mois d’août (4,5 milliards), est ainsi dix fois supérieur à la même période il y a un an. 

Ce qui les a probablement incités à mettre de côté à ce point, c’est sans doute la hausse du taux du Livret A – que 60 millions de Français ont – de 1 à 2% au mois d’août. Concrètement, une personne ayant 10 000 euros de côté gagnera non plus 100, mais 200 euros à la fin de l’année. 

 
Le danger de la répression financière 

Seulement, l’inflation vient rendre dérisoire cette élévation du taux du Livret A. Évaluée à 5,6% sur l’année selon l’INSEE (pour le mois de septembre), elle pénaliserait ainsi non seulement les gros, mais aussi les petits épargnants, qui sont les premiers à en souffrir. 

Les 10% des ménages les plus riches de France détiennent ainsi un tiers du patrimoine financier total. Logiquement, ce sont eux qui devraient le plus souffrir de la perte de la valeur de la monnaie. Problème, l’INSEE a dévoilé que l’inflation frappe plus durement les ménages les moins aisés (environ +0,5%), et plus doucement les jeunes (-0,9%). Dès lors, il apparaît que les épargnants y perdent beaucoup à cause de leurs placements, et que les plus pauvres y perdent également à cause d’une hausse des prix plus dure. Une catastrophe, qui ne favorise guère que les emprunteurs : le plus important de tous étant l’État. 

Ce mécanisme, décrit par l’économiste Milton Friedman, s’appelle la « répression financière ». Il permet à l’État d’assainir ses finances publiques en profitant d’un taux d’intérêt bas et d’une inflation forte. Décrite par Friedman comme une « taxe sans vote démocratique », elle n’assure pas à l’État des rentrées d’argents, mais des pertes moins lourdes. Ceux qui en paient le prix, ce sont les citoyens. 

La répression financière, pourtant, a eu des effets …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL