Société

Police Judiciaire : quand l’annonce d’une réforme chambarde l’institution

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
 
Ils étaient des centaines, à Nanterre, Toulouse, Grenoble et Rennes à manifester leur soutien unanime à Éric Arella, ex-directeur de la police judiciaire marseillaise, qui s’est vu remercié par sa hiérarchie comme l’a annoncé l’AFP dans un communiqué du 8 octobre dernier. Repris par des milliers d’internautes, ces mobilisations spontanées, non contentes de faire sensation sur la toile, ont contraint l’exécutif à réagir. 
 
Une « Fusion incontrôlée » des services 
 Éric Arella avait la charge de toute la zone sud. Une région dans laquelle se confondent les affres du grand banditisme, les scandales liés aux détournements de fonds publics et surtout la délinquance endémique liée aux trafics de stupéfiants.  Pour Christophe Desmidt, chef de l’office français antistupéfiants de l’Hérault, l’éviction de son homologue marseillais répond à une logique supplémentaire de « gestion autoritaire » des services : « C’est un grand professionnel, dont la carrière a été balayée d’un coup au seul motif que ses équipes ont manifesté dans le calme et la dignité. Pour cette seule raison, on a jugé qu’il était sorti du rang ». 

 La fronde prend sa source dans une réforme qualifiée d’« ambitieuse » par l’exécutif. Portée par l’actuel ministre de l’Intérieur et Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale, elle prévoit de placer tous les services de police, à l’échelle d’un département, sous l’autorité d’un DDPN (Directeur Départemental de la Police National), lui-même dépendant du préfet. Cette centralisation des décisions relevant du corps de la Police vers l’autorité gouvernementale suscite de nombreuses inquiétudes pour les syndicats. 
 
Selon une source policière anonyme, on assisterait à une collusion entre l’autorité du préfet et des intérêts particuliers qu’ils entretiendraient avec les notables locaux et qui, à terme, empêcheraient certaines affaires de sortir. La suppression de 37 des 55 antennes provinciales de la Police judiciaire brimerait l’investigation sur des …

Paul Beffroy

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL