Économie

Pénuries de carburant : le gouvernement intervient

 
Ce mardi 11 octobre, la CGT a décidé la reconduction des grèves dans les raffineries de Total Energies, malgré les pressions exercées par le gouvernement. La CGT du groupe Esso-ExonMobil a pris la même décision, alors qu'un accord entre la direction et les deux syndicats majoritaires de l'entreprise avait été signé la veille. Cette reconduction a conduit la première ministre Elisabeth Borne à lancer la procédure de réquisition de personnel pour assurer le fonctionnement des dépôts d'Esso-ExxonMobil.

Le groupe français Esso-ExxonMobil, aux prises avec les grèves, voit deux de ses trois raffineries françaises bloquées depuis fin septembre. La reconduction du blocage a été décidée ce matin par la CGT, tandis qu'un accord sur les salaires a été conclu entre la direction et les deux syndicats majoritaires, la CFE-CGC et la CFDT. Le communiqué de presse du groupe Esso publié le 10 octobre indique que la direction a créé « les conditions qui devraient permettre le redémarrage de ses raffineries en proposant des avancées significatives ». Parmi les solutions proposées par la direction figurent une « enveloppe salariale de 6,5% en 2023 », une « prime de partage d'une valeur de 3000 euros » ainsi qu'une « aide ponctuelle aux transports et à la mobilité pour 2023 ».  Malgré cet accord, les blocages ont été reconduits, sous l'impulsion de la CGT. Le délégué syndical central CGT, Christophe Aubert, justifie cette décision en arguant auprès de l'AFP que les solutions proposées ne correspondent pas « aux revendications des salariés grévistes qui demandent du pouvoir d'achat ».

Le gouvernement lance des procédures de réquisition

Cette reconduction malgré l'accord majoritaire a conduit le gouvernement à intervenir. Elisabeth Borne a annoncé ce mardi 11 octobre devant l'Assemblée avoir demandé aux préfets « d'engager la procédure de réquisition de personnels indispensables au fonctionnement des dépôts de cette entreprise ». La première ministre a dénoncé un refus de discuter faisant des Français « des victimes d'une absence de dialogue ». Cette décision suit la déclaration d'Olivier Véran ce matin sur RTL, où le porte-parole du gouvernement estimait que l'accord majoritaire signé entre la direction et les deux principaux syndicats impliquait que « la totalité des blocages soit stoppée sans délai ».

Une intervention possible pour débloquer les raffineries de Total

La première ministre a également affirmé devant l'Assemblée que le gouvernement agirait si la situation ne s'améliorait pas pour le groupe Total Energies. En effet, les représentants de la CGT de Total Energies réclament une revalorisation des salaires plus importante que celle initialement prévue par le groupe afin de pallier l'inflation. Dans une lettre ouverte au Président Directeur Général de Total Energies publiée le 8 octobre, la coordination des syndicats CGT groupe Total Energies demande l'ouverture de négociations, sur la base de ses seules « revendications salariales ». Ces négociations sont présentées comme la seule porte de sortie vers la fin des blocages. La coordination pointe du doigt les « bénéfices stratosphériques » engrangés par l'entreprise grâce à ses employés ainsi que le dividende exceptionnel de 2,62 milliards versé par le groupe à ses actionnaires à cette occasion. Si la CGT réclame une augmentation des salaires de 10% sur l'année 2022, le groupe Total Energies ne semble pas enclin à revenir sur l'augmentation de 3,5% en moyenne déjà octroyée aux employés sur l'année 2022. Les négociations proposées par Total Energies pour le 15 octobre portent en effet sur les salaires de 2023 d'après nos confrères du Monde. Cette situation de blocage des négociations pourrait ainsi conduire le gouvernement à intervenir, comme il l'a fait pour le groupe Esso.

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité de La France Insoumise

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Manon Aubry représente la liste La France Insoumise. Son programme s’axe principalement sur la protection de la planification écologique européenne.

L’entretien de Milorad Dodik donné à OMERTA largement commenté en ex-Yougoslavie

Le 10 mai dernier, lors de sa visite à Paris le président de la République Serbe de Bosnie, Milorad Dodik, donnait un long entretien au directeur de la rédaction d’OMERTA, Régis Le Sommier. Cette interview a déclenché de nombreuses réactions dans la presse bosniaque et serbe.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL