Société

Nantes : l’insécurité galopante

 
De terribles faits de violence se multiplient dans la capitale régionale des Pays de la Loire. Dernier fait en date : une femme de 47 ans a été sauvagement poignardée en pleine rue. Ivre, le suspect de 21 ans a d’abord contesté les faits avant de reconnaître être le meurtrier. Selon le journal Valeurs Actuelles, Vankatesh B., Français d’origine indo-pakistanaise, aurait expliqué son crime par un « besoin incontrôlable de violence » après avoir été forcé de quitter une boîte de nuit. Sans aucun antécédent, le mobile réel du crime est pour l’instant inconnu tandis que la piste de l’islamophobie (la victime était voilée) a été écartée. 

Cette fake news avait été largement reprise sur les réseaux sociaux (plusieurs dizaines de milliers de likes et partages), coïncidant avec la tourmente médiatique déclenchée par la mort de la petite Lola. Mais l’affaire a également pris un tournant inédit, alors que la police a été doublée dans son enquête. En effet, selon certaines sources, ce ne serait pas elle, mais les proches de la famille ont retrouvé le coupable. Mobilisés après sa mort, ils auraient eux-mêmes mené leur investigation. 

Mais au-delà de l’enquête elle-même, c’est dans la gestion de l’insécurité de la ville que les forces de l’ordre sont dépassées. Ainsi, une véritable milice citoyenne s’est mise en place dans des quartiers nantais. Selon une publication de cette « milice de quartier », « le but n’est pas de faire justice soi-même, mais de dissuader les malfaiteurs ». Des rondes sont donc désormais organisées dans plusieurs coins de la ville afin de lutter contre l’insécurité galopante qui y règne. 

Le meurtre de Nadia intervient trois semaines après le viol d’une femme de 40 ans par deux Soudanais qui avait particulièrement ému la ville, conduisant sa maire Johanna Rolland à promettre de nouvelles mesures de protection des citoyens. La ville est de plus en plus évoquée sur les réseaux sociaux comme étant un nouveau bastion de l’insécurité en France. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron n’exclut pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Deux ans après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine, le Président français a réuni une vingtaine de chefs d’États et de gouvernements pour un dîner à l’Élysée. Il n’exclut plus l’envoi de troupes occidentales pour aider l’armée ukrainienne, s’attirant des critiques de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et Marine Le Pen.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL