Culture

Mort de Philippe Tesson : un homme épris de liberté

 On juge aussi de la décadence d’un peuple à l’évolution qualitative de sa presse. Pour une génération de journalistes et de lecteurs qui aura eu 20 ans dans les dernières années du siècle passé, la figure de Philippe Tesson, comme celle de Jean-François Kahn à gauche, aura servi d’éveilleur. Philippe Tesson était un touche à tout, passionné de littérature et de théâtre (il avait racheté et dirigé le Poche Montparnasse). C’était surtout un éditorialiste né, un de ces maîtres artisans du journalisme capable presque lui seul de donner vie à un quotidien. 

Héritier d’une tradition polémique née avec l’extension de la presse écrite au XIXe siècle, il est mort le mercredi 1er février à l’âge de 94 ans. Il était le père de l’écrivain Sylvain Tesson.
Philippe Tesson avait été à bonne école auprès d’Henri Smadja (1897-1974) à Combat, quotidien iconoclaste dont il sera le rédacteur en chef de 1960 à 1974. Anticonformiste, excellent prosateur, Philippe Tesson parvient à dompter un directeur dont il partageait l’indépendance d’esprit. En pleine guerre d’Algérie, ce journal d’opinions donne aussi bien la parole au royaliste Pierre Boutang, rénovateur du maurrasisme, qu’à Maurice Clavel, gauchiste transcendantal. L’antigaullisme y est de rigueur, mais jamais sectaire. Sans guère de moyens, ce journal servira de laboratoire au Quotidien de Paris que Philippe Tesson lance en 1974 et qu’il dirigera jusqu’en 1994 avec une passion sans cesse renouvelée. 

À partir de 1981 fidèle à une ligne libérale et anticommuniste, il en fait l’un des fers de lance de l’opposition à François Mitterrand. Incorrect à souhait, impertinent notoire, Philippe Tesson parie sur la culture et l’intelligence, donne sa chance à des jeunes plumes prometteuses comme le romancier Jérôme Leroy.
L’auteur de ces lignes conservera longtemps le souvenir poignant de l’hommage que Philippe Tesson avait rendu au romancier et cinéaste Pierre Schoendoerffer (1928-2012), passé à la postérité pour Le Crabe tambour, dans un cinéma parisien sous l’égide de l’exigeant Patrick Buisson. Philippe Tesson et Pierre Schoendoerffer étaient nés la même année. 

On peinera à trouver des successeurs à des plumes de cette trempe, si ce n’est celle toujours aiguisée de Franz-Olivier Giesbert avec qui ils partageaient une certaine vision du monde, fondée sur le sens de l’amitié et la liberté de ton. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL