Économie

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le Premier ministre Gabriel Attal a tenté vendredi 26 janvier de répondre lors d’un déplacement dans le Sud-Ouest aux inquiétudes des agriculteurs mobilisés dans de nombreux départements en annonçant l’annulation des nouvelles taxes prévue sur le gazole non routier (GNR), des mesures de simplification et un meilleur contrôle de l’application des lois Egalim par les entreprises qui y sont assujetties.

Ces annonces n’ont pas calmé le mouvement revendicatif mené par les deux principales organisations syndicales agricoles françaises, la FNSEA (et les Jeunes Agriculteurs qui s’y rattachent), dirigée par Arnaud Rousseau et la Coordination rurale, présidée par Véronique Le Floc’h. Décision a été prise d’installer à compter du lundi 29 janvier des barrages sur les grands axes de la région parisienne pour organiser un véritable siège pacifique de la capitale ainsi que celui de Lyon. Des blindés de la gendarmerie nationale ont été déployés préventivement autour du marché de Rungis qui assure le ravitaillement de la région parisienne. 

La population soutient les paysans


Un tel mouvement rappelle par son ampleur celui de l’été 1992 alors dirigé contre la nouvelle Politique agricole commune (PAC) de la CEE. On était alors en plein débats portant sur l’adoption du traité de Maastricht. Cette contestation paysanne radicale avait entériné une fracture entre la FNSEA, ralliée aux principes libéraux prônés par les institutions de Bruxelles, et la Coordination rurale adepte d’une position nettement plus souverainiste.

Les Français soutiennent massivement les revendications des agriculteurs. Tous les acteurs du conflit mesurent bien que c’est l’avenir du monde paysan français qui se joue sous leurs yeux, d’où la détermination des organisations syndicales et la relative compréhension d’un gouvernement qui se serait bien passé d’une telle épreuve de force. Il reste à savoir si cette dernière va se poursuivre d’une façon ou d’une autre jusqu’au Salon de l’agriculture, traditionnel …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL