Société

Mère morte, mais mère porteuse

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Des parents devront-ils expliquer à leurs enfants qu’ils sont nés d’une femme morte ? Pour le docteur Anna Smajdor, professeur et agrégée de philosophie à l’université d’Oslo, répondre un grand « oui » n’est pas seulement envisageable : c’est souhaitable. Elle publie sur le forum scientifique Theorical Medicine and Bioethics le 18 novembre dernier son étude en faveur de la pratique, relayée récemment par le Daily Mail dans un torrent d’indignation.
 
« Pour le dire clairement, c’est l’usage d’un corps pour contenir un fœtus. » 
 
Selon la Norvégienne, cela ne fait pas un pli : on devrait pouvoir utiliser la capacité de gestation d’une femme en état de mort cérébrale, c’est à dire dont les fonctions vitales primaires sont maintenues artificiellement en état de marche. On sait d’ailleurs le faire parfois, lorsqu’il faut sauver un bébé dont la mère condamnée n’a pas encore accouché. Pourquoi ne pas étendre le procédé ? 
 
Le but est simple : permettre aux parents en mal d’enfants (inféconds, homosexuels…) d’en recevoir un. Mais pas que : l’étude s’adresse aussi à celles « qui préfèrent ne pas » porter leur propre enfant, pour éviter « les risques et les contraintes » liés à la grossesse. Une alternative à la GPA, assumée comme telle.
 
Ça doit marcher pour le marché
 
Une mort cérébrale est irréversible, contrairement à un état végétatif où le cerveau fonctionne encore et la personne aurait une chance de s’en remettre. « Si nous sommes heureux d’accepter des dons d’organes en général, les problèmes soulevés par le don du corps entier pour la gestation whole-body gestational donation », ou « WBGD ») sont d’un autre degré, pas d’une autre nature ». L’argument semble logique : pourquoi ne pas utiliser une dernière fois une voiture vouée à la casse, quand on pouvait déjà en récupérer des pièces ? Sur un plan froidement mécanique, louer un corps mort pour en faire ce que l’on veut ne pose effectivement pas de problèmes autre que techniques.
 
L’auteur ne s’appesantit pas sur des …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

gilles delolme

Il y a 1 ans

Signaler

0

LE MONDE DEVIENT FOU......

Labaigt de Bonaparte

Il y a 1 ans

Signaler

0

J'aurais pas dit mieux! La vie c'est pas une marchandise, on ne la met pas en bocaux et on ne la commande et décommande pas

Véronique SAVEY

Il y a 1 ans

Signaler

1

Si je comprends bien; elle en est au stade de vouloir un bébé gratuitement (la GPA étant payante) d'une femme en état de mort cérébrale parce que la grossesse est un traumatisme ?? Elle ferait mieux d'adopter un orphelin. Il y a vraiment des dingues dans ces pays nordiques.

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL