Économie

L’UE va taxer le carbone à ses frontières : une première mondiale

La lecture des articles est réservée aux abonnés

« Cette nuit, les États membres de l’Union Européenne se sont accordés sur une taxe carbone aux frontières pour verdir les importations industrielles. Un accord historique pour le climat ! », tweetait le ministre français de la Transition écologique, Christophe Béchu, ce mardi. Un mécanisme d’ampleur inédite vient effectivement d’être voté au Parlement Européen. Il prévoit d’aligner le prix des émissions carbones des importations industrielles sur les standards en vigueur au sein du marché européen.

Comme le rapporte le quotidien Le Parisien, cette « taxe carbone aux frontières » vise des secteurs précis : acier, aluminium, ciment, engrais, électricité, ou encore hydrogène. L’objectif de fond est d’éviter un effet de dumping écologique, c’est-à-dire la délocalisation massive de la production hors d’Europe.
 
Vers une suppression progressive des « droits à polluer »
 
Le texte est, depuis juin, entre les mains des eurodéputés, mais fut l’objet de plusieurs reports, à cause notamment de la proposition de supprimer les quotas gratuits pour les industriels. Ces quotas gratuits sont des sortes de « droits à polluer », qui protègent les entreprises européennes de la concurrence internationale. Mais leur inefficacité et leur coût sont dénoncés par la Cour des comptes de l'UE. La « taxe carbone aux frontières » votée ce mardi est la réponse aux limites des quotas. Plus précisément, les entreprises importatrices devront déclarer les émissions carbones liées au processus de production. Tout dépassement des normes européennes devra être régularisé au moyen d’un « certificat d’émission » au prix du CO2 dans l’UE.
 
Actuellement, le prix de la tonne de CO2 dépasse les 80 euros sur le marché du carbone. Un prix record qui est le fruit d’une inflation dangereuse pour les industriels. Déjà durement atteints par l’augmentation des prix de l’énergie, les coûts de production risquent de devenir insoutenables si l’UE ne protège plus le marché avec ses quotas, même progressivement.

Pierre-René Lavier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL