Économie

L’UE met en place son embargo sur le pétrole russe

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Si les importations de pétrole russe ont baissé de 40% depuis le début de la guerre, il n’en est pas de même des finances du Kremlin. Du 24 février au mois de décembre, ce sont pas moins de 67 milliards d’euros qui sont rentrés dans les caisses de l’État russe. Une somme colossale, bien plus élevée que les années passées, et pour cause : la raréfaction de l’hydrocarbure a entraîné mécaniquement une hausse des prix, qui a largement profité à la Russie. Pourtant, il pourrait bien en être différemment des dernières mesures. 

Celles-ci s’inscrivent dans des « packs » de sanctions décidées par l’Union Européenne visant à frapper l’économie russe durement pour que, progressivement, sa machine de guerre s’arrête. 90% du pétrole russe encore importé ne sera donc plus acheté par les Vingt-Sept, soit l’intégralité des importations par voie maritime. Pourquoi pas 100% ? Pour permettre aux pays dépendants des oléoducs comme la Hongrie de s’approvisionner : en effet, cet État d’Europe de l’Est n’a pas d’accès à la mer, et n’a pas d’autre solution pour s’approvisionner. La Bulgarie, elle aussi, bénéficie d’une exemption, n’étant actuellement pas en mesure de se passer de l’or noir. 

Une mesure potentiellement profitable mais difficile à appliquer

Les critiques concernant les sanctions contre la Russie ont plu durant plusieurs mois en Europe. « Inefficaces » selon Marine Le Pen, « dangereuses » ou « contraires à l’intérêt national » pour d’autres, la crise de l’énergie a causé une levée de boucliers de la part de certaines mouvances, lorsqu’il s’agissait de condamner en actes Moscou. Les revenus invraisemblables de Gazprom n’y ont d’ailleurs pas été pour rien : beaucoup d’Européens pensent effectivement que les sanctions sur les hydrocarbures n’ont été qu’idéologiques, et ont avantagé le Kremlin. Il reste malheureusement aujourd’hui difficile de se positionner d’un côté ou de l’autre à ce sujet : l’argument des « pro-sanctions » étant que les effets se verront à moyen, voire long …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL