Société

Lola, victime de la barbarie

Lola avait 12 ans. Collégienne à Paris, à Georges Brassens, elle n’est pas rentrée de l’école vendredi 14 octobre. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée. Morte, égorgée, dans une valise. L’autopsie révèlera qu’elle n’est pas morte de ses blessures à la gorge, mais d’asphyxie. Par ailleurs, la jeune fille aurait également été violée par ses tortionnaires. 

Les policiers sont d’une efficacité redoutable. En quelques heures, ils arrêtent les principaux suspects de l’affaire. Quatre sont retenus, Dahbia B., Amine K., Friha B. et Rachid N. La principale, Dahbia, serait une SDF « aux potentiels troubles psychiatriques » selon Le Parisien. Ce serait elle qui a violé la petite fille. Dès ce lundi matin, une information judiciaire pour meurtre, viol, actes de barbarie et recel de cadavre sur mineure de moins de quinze ans a été ouverte. Le trafic d’organes, selon un témoignage recueilli par Le JDD, serait une motivation possible du crime. 

L’affaire a particulièrement explosé sur les réseaux sociaux. Le président de République Souveraine Georges Kuzmanovic s’est exclamé en tant que père « face à une telle horreur, il n'y a plus de politiquement correct, il n'y a plus que l'humanité en colère » tandis que la chroniqueuse Zohra Bitan a dit trouver le meurtre « horrible, insupportable, monstrueux » tout en appelant à éviter toute parole raciste « sous prétexte que les auteurs seraient algériens ». Un grand nombre de personnalités de droite a dénoncé le laxisme migratoire et l’ensauvagement de la société, dont certains appelant à une manifestation transpartisane. Le Président de la République a quant à lui suscité l’indignation sur les réseaux sociaux par un tweet commémorant des « crimes inexcusables pour la République » commis 61 ans plus tôt sur des Algériens indépendantistes. 

Le ministère de la Justice n’a pas réagi pour l’instant. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Anne Mitteau

Il y a 1 ans

Signaler

0

comment cela, je suis DÉJÀ abonnée et on en tient pas compte ????

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL