Culture

[Littérature] Le recours aux forêts

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Les Ardennes sont une terre propice aux écrivains. Pas même besoin d’évoquer l’œuvre du poète Arthur Rimbaud. Il suffit de se replonger dans les pages d’Un balcon en forêt de Julien Gracq, du Pays où l’on n’arrive jamais d’André Dhôtel ou de La pluie à Rethel de Jean-Claude Pirotte. Avec Un an dans la forêt, François Sureau se souvient que Blaise Cendrars (1887-1961) y chercha l’inspiration à la veille de la Seconde Guerre mondiale auprès d’une belle amazone, riche héritière de surcroît, Élisabeth Prévost. A 27 ans, elle a déjà sillonné l’Afrique et traversé l’Europe. 
 

Amazone ardennaise

Ancien légionnaire devenu journaliste, mutilé de guerre, Cendrars l’a rencontré le 7 février 1938 à Paris, à l’Alma Hôtel, où il vit avenue Montaigne, grâce à l’entremise de Pierre Pucheu, alors membre du PPF de Doriot et futur ministre de l’Intérieur du gouvernement de Vichy. Cendrars est alors « un homme malheureux et incertain » qui « a pris tant de chemins qui ne mènent nulle part ». Il acceptera de prendre celui de la propriété familiale forestière d’Élisabeth dans les Ardennes, située à proximité immédiate de la frontière belge. C’est là, au milieu de cette forêt qui n’en finit pas,que l’auteur de L’Or et de Moravagine tente de progresser dans l’écriture de Sous le signe de François Villon, un livre de souvenirs qui ne paraîtra jamais sous sa forme initiale. 

 
Christianisme errant

François Sureau a découvert la forêt d’Ardenne en 1978 lors de son service militaire au 12e régiment de chasseurs de Sedan. D’emblée son aspect massif l’a subjugué : « cette forêt, on ne l’aborde pas à la dérobée, mais de face. C’est une immense ligne sombre couronnant une colline, fuyant vers l’horizon, et au pied de laquelle les villages en contrebas ressemblent à la terre que le navigateur perd des yeux ». Chez Blaise Cendrars, il ausculte et soupèse les souffrances d’un bourlingueur qui « aime dans le christianisme la pauvreté, l’errance, et la subversion permanente, sourde, absolue, de toutes les …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL