Géopolitique

Levée de boucliers contre l’importation de céréales ukrainiennes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le 15 avril dernier, la Pologne et la Hongrie avaient décidé de suspendre les importations de produits céréaliers en provenance d’Ukraine. La plupart des autres pays d’Europe centrale (Slovaquie, Roumanie, Bulgarie) suivirent le mouvement en décrétant des mesures similaires. La République tchèque s’était vivement opposée à ces initiatives et avait même demandé des sanctions de la part des institutions européennes. Dans un premier temps la Commission avait jugé inacceptable ces restrictions avant finalement de leur concéder un droit de restriction temporaire, après tractation. La fermeture de ces pays aux dites importations devait prendre fin le 15 septembre prochain. Suite à la très récente annonce de la rupture par la Russie de l’accord passé l’an dernier - sous l’égide de la Turquie – aux fins de permettre l’exportation des céréales ukrainiennes via le port d’Odessa et la Mer Noire, ces cinq pays, par l’intermédiaire de leur ministre de l’Agriculture respectifs, se sont réunis à le 19 juillet dernier à Varsovie. Ils finalement adopté une position commune pour demander à la Commission européenne un report de la réouverture au 1er janvier 2024, comme le rapportent depuis Budapest nos confrères du Visegrad Post.

Exportations contrariées

Le motif commun de cette demande, formulée par ces cinq pays, est celui de la crainte d’un dérèglement commercial du marché agricole européen, qui impacterait fortement les producteurs locaux. En raison du blocus imposé par la Russie, l’Ukraine n’est plus en mesure d’exporter largement sa production de céréales par voie maritime. Les infrastructures portuaires d’Odessa ont de surcroît été atteintes en représailles de l’attaque nocturne du pont du détroit de Kertch (ou « pont de Crimée ») par les Ukrainiens le 17 juillet. Si ces derniers peuvent encore exporter du grain indirectement par le port d’Izmaïl sur le Danube, ce ne sera que dans des quantités limitées, avec transbordement dans le port roumain de Constantza sur des vraquiers …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Eric EXTIER

Il y a 10 mois

Signaler

0

Qu’en est-il de l’importation du blé en France concurrençant le blé Français beaucoup plus cher ? Va t-on protéger nos agriculteurs ?

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier