Économie

Les poulets ukrainiens menacent l’élevage avicole français

Quoi de commun entre un poulet de Bresse ou de Loué, élevé en plein air par des agriculteurs français, et la production industrielle du roi du poulet ukrainien, Yuriy Kosiuk, propriétaire du groupe MHP dont la fortune est estimée à 1,5 milliard de dollars selon le magazine Forbes ? Pas grand-chose a priori. Sauf que les uns et les autres peuvent être consommés en France en raison de la doctrine libre-échangiste de l’Union européenne.

Or, leur qualité et leur coût de production sont évidemment bien différents. Ainsi donc, « le roi du poulet ukrainien fait trembler le coq gaulois », comme titrait le quotidien Ouest-France fin juillet.
L’affaire est bien résumée dans l’hebdomadaire Marianne par le critique gastronomique Périco Légasse (également élu régional sur une liste LREM-Modem) : « En exonérant de droits de douane les importations de gallinacés industriels en provenance d’Ukraine, Bruxelles porte un préjudice fatal à une filière avicole en difficulté, tandis que Paris refuse d’activer la clause de sauvegarde. » Cette dernière permet à un pays de l’UE d’estimer que l’importation d’un produit en provenance d’un État extérieur à l’Union risque de causer de graves préjudices à sa production nationale.
 
Cette situation s’inscrit dans un contexte général de hausse d’importation de poulets de 11,4 % en 2023, pour atteindre 755 000 tonnes, selon la fédération des producteurs. Il faut dire que la consommation de poulet a atteint 1,53 million de tonnes en France l’an dernier, soit une hausse de 4,7 %.
 

Poulet ukrainien, tout a changé avec la guerre


Cela s’explique par son prix plus accessible, alors que l’inflation se poursuit, et par la progression du recours aux offres de restauration rapide dans notre pays. Notons au passage que des œufs sont aussi importés d’Ukraine.
 
L’accord des autorités de Bruxelles avec l’Ukraine date de 2014, mais ne concernait à l’époque qu’environ 40 000 tonnes annuelles de produits avicoles. Tout a changé avec l’invasion du territoire ukrainien par la Russie : les importations ont donc bondi de 180 % entre 2021 et 2022, soit de 15 à 25 000 tonnes entrant dans l’UE chaque mois, comme l’a expliqué le directeur de l’interprofession française de volaille de Cher (Anvol) à nos confrères du magazine Capital
 
Certains hommes politiques français n’ont pas manqué de s’indigner de cette situation. Pour Alexandre Loubet, député Rassemblement national de Moselle : « La guerre en Ukraine ne doit pas être le prétexte pour sacrifier les éleveurs français ! En exonérant de droits de douane les importations de volaille industrielle d’Ukraine, l’UE menace nos intérêts ». Il est vrai que cette situation est devenue très problématique et qu’il serait bon d’y mettre fin pour de claires raisons de souveraineté alimentaire, mais probablement aussi de santé publique. L’avenir de notre agriculture mérite un sursaut du gouvernement français.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

BERNADETTE BIARD

Il y a 9 mois

Signaler

0

Il suffit de ne pas les acheter.....

Yann MORELLEC

Il y a 9 mois

Signaler

0

Macron ne veut pas déplaire à son pote pro-américain Zelenski

Patrick Jobart

Il y a 9 mois

Signaler

0

En quoi ces mesures sont-elles favorables au peuple ukrainien? C'est Yuriy Kosiuk qui s'en met plein les poches, qu'il a déjà pleines.

Paola Agrati

Il y a 9 mois

Signaler

0

Je ne suis pas là pour financer la guerre de 🇺🇦, moi je mange les poulets de Bresse

philippe paternot

Il y a 9 mois

Signaler

0

15 millions de tonnes de poulets importés!!! merci la france de préférer l'étranger aux nationaux, c'est beau c'est grand c'est généreux la france disait de gaulle

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL