Société

Les atteintes à la laïcité à l'école multipliées par deux en un mois

Le rapport auparavant trimestriel avait été mensualisé en septembre à la demande de Pap Ndiaye. Cette décision avait été prise par le ministre de l'Éducation Nationale afin d'exposer la situation avec transparence dans un contexte de forte hausse des atteintes à la laïcité. Les chiffres du Ministère de l’Éducation Nationale font état d'une forte hausse des atteintes à la laïcité en octobre, en regard de celles perpétrées en septembre. Celles-ci ont fait l'objet de 720 signalements ce mois-ci, contre 313 en septembre, un nombre multiplié par deux en un mois. Une augmentation qui se révèle très forte si on observe les chiffres sur une plus longue durée, car le nombre des atteintes à la laïcité pour le seul mois d'octobre (720) excède celui du premier trimestre de 2022 (635 de décembre à mars). Les atteintes à la laïcité commises au mois d'octobre l'ont été majoritairement dans les collèges (52%) et pour une grande partie dans les lycées (37%). Une tendance qui s'est inversée par rapport à septembre (51% des faits commis dans les lycées), mais qui correspond à celle observée à l'échelle de l'année. Ces atteintes émanent des élèves en majorité (88%) comme au mois de septembre (82%). La nature des atteintes reste constante, car les manquements concernent principalement le port de tenues et de signes religieux (40%) ce mois-ci, comme en septembre (54%). Parmi les autres types d'atteintes, on retrouve les provocations verbales (14%) ou encore les contestations d'enseignement (12%). Du côté de l'équipe pédagogique, une augmentation des demandes de conseils auprès des Équipes Académiques Valeurs de la République (EAVR) a aussi été relevée (320 ce mois-ci contre 221 en septembre). 

Le ministère de l’Éducation Nationale a dévoilé mercredi son « plan laïcité dans les écoles et les établissements scolaires », qui pose les 4 grands axes pour pallier cette augmentation. Le ministère enjoint les directeurs d'établissements à engager une procédure disciplinaire contre l'élève fautif si ce dernier persiste dans ses manquements. La circulaire rappelle également qu'il est important de soutenir le personnel dans ce type de situation en lui accordant notamment la protection fonctionnelle s'il vient à subir des menaces ou des représailles. Le ministère souligne que la lutte contre les atteintes à la laïcité passe par un appui aux chefs d'établissements et par une formation renforcée du personnel éducatif sur le sujet. Interrogé sur le sujet dans l'émission Quotidien, le ministre de l’Éducation Nationale Pap Ndiaye a affiché une posture de fermeté, mettant en avant les sanctions qui seraient prises contre les élèves en cas de manquements. Pap Ndiaye a également rappelé la responsabilité des « agitateurs » présents sur TikTok qui incitent les jeunes à défier la loi de 2004. Le ministre a expliqué avoir reçu les dirigeants de TikTok récemment afin de les encourager à améliorer leur modération et à casser « la bulle » créée par les algorithmes qui enferme chaque utilisateur dans certains types de contenus spécifiques et réduits. Le ministre a cependant reconnu qu'il était difficile de convaincre les dirigeants des réseaux sociaux d'opérer de tels changements. 

Pauline Fauré

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Gilles PASCUAL

Il y a 1 ans

Signaler

0

Voilà, nous avons des chiffres. Nous attendons maintenant les décisions. Soit le port de l'uniforme dans les classes du primaire et du secondaire, soit l'obligation d'entrer dans l'établissement "nu-tête et correctement habillé", en définissant ce dernier terme de façon précise (= selon la tradition occidentale !)

À lire

[Editorial] Nouvelle-Calédonie : gouverner, c’est prévoir…

Les dégradations que vient de connaître le « caillou » ont atteint un montant de 700 millions d’euros, soit presque équivalent à celui des émeutes de juillet dernier en métropole. Pour une population de 270 000 habitants seulement répartis sur un territoire de 18 000 kilomètres carrés situé aux antipodes du pays, c’est assez réussi.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL