Géopolitique

Le forum économique de Vladimir Poutine, symbole de l’échec occidental

La lecture des articles est réservée aux abonnés

« En vous écoutant, je me dis que vous êtes l’ami de l’humanité toute entière », lance Abdelmadjid Tebboune, le président algérien, à Vladimir Poutine, dont il est l’invité d’honneur pour une visite de quelques jours au programme chargé comprenant notamment la participation au traditionnel forum économique de Saint-Pétersbourg (SPIEF) que les Russes veulent un concurrent au forum de Davos. Cette phrase permet de mesurer l’abyssale différence dans la perception du dirigeant russe en Occident et dans le reste du monde – agresseur et impérialiste à Paris, Berlin ou Washington, ami de l’humanité à Alger, Pékin, Delhi ou encore Abu-Dhabi – les danseurs émiratis que le Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyane a emmenés dans ses bagages au SPIEF ont fait fureur parmi les quelques 17 000 participants issus de 130 pays, selon les organisateurs. « Je remercie mon ami Vladimir Poutine pour l’invitation », souligne le Cheikh. 

« Votre Excellence est l’ami de l’Afrique », abonde dans le même sens le lendemain le chef d’État comorien Azali Assoumani, que le maitre du Kremlin a reçu en compagnie d’autres dirigeants africains à sa résidence du palais Constantin en vue de discuter de leur initiative pour le règlement du conflit en Ukraine. Ceci à un mois du sommet Russie-Afrique qui réunira pour la deuxième fois en Russie tout le continent noir. 

Le chef de la diplomatie hongroise Péter Szijjártó est aussi de la partie – il a pris la parole lors d’une discussion dédiée aux défis énergétiques. Pour sa part, le président de la Banque centrale du Venezuela Calixto Ortega Sánchez a annoncé le lancement dans son pays du système de paiement russe Mir, insistant sur le peu de considération qu’il accordait aux réactions des États-Unis et de l'UE à la coopération entre les banques centrales russe et vénézuélienne. 

Les stands de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporojié sont présents aux côtés des autres régions russes et l’activité y semble très intense – les cérémonies de signature d’accords de …

Annabelle Grünwald

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Pierre CHENET

Il y a 11 mois

Signaler

0

Quod Erat Demonstratum.... les Américains s'étaient jurés de faire plier la Russie..Echec total mais par la même occasion, ils veulent ruiner l'Europe et là ils vont y arriver avec les erreurs de jugements de nos dirigeants incultes sur le plan de l'Histoire.. la pensée gaullienne, accompagnée de celle de Bainville, est vraiment très très loin ...

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier