Géopolitique

La ville de Kherson privée d’électricité et d’eau à la suite de bombardements

 
La ville de Kherson, capital administrative de l’oblast de Kherson dans le sud de l’Ukraine, sera-t-elle le théâtre d’un combat de haute intensité ? Alors qu’au sol, les soldats ukrainiens se préparent à une séquence difficile, leur artillerie a ciblé et touché les infrastructures stratégiques d’acheminement de l’eau et de l’électricité. « Trois pylônes en béton portant des lignes à haute tension ont été endommagés sur l'axe Berislav-Kakhovka », décrivent les autorités russes occupant Kherson dans un message diffusé sur Telegram. « Actuellement, il n'y a ni électricité ni eau dans la ville et dans certains districts de la région », apprend-on également. 
 
Le même jour, à 60 km kilomètres au Nord-Est de la ville, le barrage hydroélectrique de Kakhovka, occupé par les Russes, a aussi reçu des tirs. Selon les services d’urgence russes, relayés par France 24, « six missiles Himars ont été lancés. Les unités de défense antiaérienne [en] ont abattu cinq, dont un a touché l'écluse du barrage de Kakhovka, qui a été endommagé ». Il reste à établir que les missiles Himars, fournis par les Américains aux Ukrainiens visaient effectivement le barrage, car comme l’expliquait le président Volodymyr Zelensky mi-octobre, « plus de 80 localités, dont Kherson, se retrouveront dans la zone d'inondation rapide ». Les deux belligérants se renvoient la responsabilité de la sauvegarde de ce barrage vital, Kiev accusant Moscou d’avoir « miné le barrage ». « Des mensonges », selon les autorités russes. Ce barrage permet notamment d’alimenter en eau la péninsule de Crimée. 
 
Kiev se prépare à des coupures d’énergie 
 
Une menace semblable pèse sur Kiev, où le maire, Vitali Klitschko, s’est adressé à la télévision à ses administrés, leur demandant de « prendre leurs dispositions » en cas de coupures généralisées d'électricité et d'eau. « Nous faisons tout pour empêcher que cela se produise, mais nos ennemis font tout pour que la capitale reste sans chauffage, sans électricité et sans eau », a-t-il indiqué. 
 
Redoutant des pannes généralisées et la panique de ses 3 millions d’habitants, les autorités de Kiev n’écartent pas l’hypothèse d’une évacuation généralisée. Un black-out affecterait non seulement le réseau électrique, mais aussi l’accès à l’eau et le fonctionnement des égouts. La protection du système électrique est donc une priorité, qui implique des restrictions préventives et l’établissement de procédures d’urgences de coupure du réseau. 

La Rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Nathalie Perrin

Il y a 1 ans

Signaler

0

Je tiens à rappeler que la première population privée d'eau et d'électricité a été celle de Donetsk et Lougansk. Et accessoirement, que l'Ukraine a privé les retraités de ces régions de leur retraite et ce, depuis 2014. Kiév privé d'électricité, c'est un retour de boomerang. "Ne fais pas à ton prochain ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse".

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier