Économie

La « taxe SNCF » coûte 276 euros par an

 La taxe SNCF n’existe pas : c’est l’État qui paye. Mais, comme chacun sait, l’argent de l’État, c’est en fait celui des contribuables français. Sans le savoir, chacun d’eux paie la « taxe SNCF », à hauteur de 276 euros par an

En cause, un service public qui perd toujours en rentabilité. En sept ans, son coût a augmenté de 4,5 milliards d’euros, pour atteindre le coquet déficit de 18,5 milliards. Mais, contrairement à ce qu’on pourrait intuitivement penser, cette somme n’est pas le total des billets de train achetés. Non, en fait, il s’agit bien d’un surcoût de ce service public, payé même par les non-usagers des trains. Au total, les usagers ne couvrent que 57% des dépenses, le reste étant à la charge de ceux qui n’utilisent pas ce service. Si l’année dernière, elle approchait déjà les 250 euros, elle connaît cette année une augmentation de 10%, toujours sans compter sans son exorbitante dette. 

En effet, la dette de la SNCF est pour le moins effrayante : 36 milliards d’euros nets, et ce, malgré les quelque 25 milliards repris au compte de l’État en 2020. Début 2022, l’entreprise publique a contracté un emprunt supplémentaire de 10 milliards, franchissant donc allègrement la ligne rouge. 

Selon le rédacteur de la note, François Ecalle, cette situation est partiellement due à des investissements que l'on pourrait qualifier de « jacobins » : seules les lignes de TGV ont bénéficié de financements massifs, délaissant ainsi le Transilien et les lignes régionales TER. Or, aujourd’hui, il faut les rénover, et l’État n’a plus de marge de manœuvre pour le faire. Les régions -qui achètent à la SNCF ses services- n’ont d’ailleurs rien arrangé avec leurs offres préférentielles pour les jeunes voyageurs en TER, liées à l’augmentation du prix des billets. La crise énergétique n’arrange d’ailleurs rien : l’augmentation du prix de l’électricité a un impact direct sur la consommation des trains. Alors que l’exécutif a déclaré à maintes reprises vouloir s’appuyer sur le secteur ferroviaire pour réduire l’usage de l’avion, seule l’inflation « naturelle » sur les billets d’avions sauve la mesure. 

Parmi les autres importants coûts, le régime spécial de retraites des cheminots : 3,3 milliards d’euros. Aboli en 2020, il ne concerne cependant que les nouveaux salariés, et ses effets ne devraient pas se voir avant quelque temps. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL