Économie

La « taxe SNCF » coûte 276 euros par an

 La taxe SNCF n’existe pas : c’est l’État qui paye. Mais, comme chacun sait, l’argent de l’État, c’est en fait celui des contribuables français. Sans le savoir, chacun d’eux paie la « taxe SNCF », à hauteur de 276 euros par an

En cause, un service public qui perd toujours en rentabilité. En sept ans, son coût a augmenté de 4,5 milliards d’euros, pour atteindre le coquet déficit de 18,5 milliards. Mais, contrairement à ce qu’on pourrait intuitivement penser, cette somme n’est pas le total des billets de train achetés. Non, en fait, il s’agit bien d’un surcoût de ce service public, payé même par les non-usagers des trains. Au total, les usagers ne couvrent que 57% des dépenses, le reste étant à la charge de ceux qui n’utilisent pas ce service. Si l’année dernière, elle approchait déjà les 250 euros, elle connaît cette année une augmentation de 10%, toujours sans compter sans son exorbitante dette. 

En effet, la dette de la SNCF est pour le moins effrayante : 36 milliards d’euros nets, et ce, malgré les quelque 25 milliards repris au compte de l’État en 2020. Début 2022, l’entreprise publique a contracté un emprunt supplémentaire de 10 milliards, franchissant donc allègrement la ligne rouge. 

Selon le rédacteur de la note, François Ecalle, cette situation est partiellement due à des investissements que l'on pourrait qualifier de « jacobins » : seules les lignes de TGV ont bénéficié de financements massifs, délaissant ainsi le Transilien et les lignes régionales TER. Or, aujourd’hui, il faut les rénover, et l’État n’a plus de marge de manœuvre pour le faire. Les régions -qui achètent à la SNCF ses services- n’ont d’ailleurs rien arrangé avec leurs offres préférentielles pour les jeunes voyageurs en TER, liées à l’augmentation du prix des billets. La crise énergétique n’arrange d’ailleurs rien : l’augmentation du prix de l’électricité a un impact direct sur la consommation des trains. Alors que l’exécutif a déclaré à maintes reprises vouloir s’appuyer sur le secteur ferroviaire pour réduire l’usage de l’avion, seule l’inflation « naturelle » sur les billets d’avions sauve la mesure. 

Parmi les autres importants coûts, le régime spécial de retraites des cheminots : 3,3 milliards d’euros. Aboli en 2020, il ne concerne cependant que les nouveaux salariés, et ses effets ne devraient pas se voir avant quelque temps. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL