Politique

La monarchie comme principe conservateur

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le Royaume-Uni est devenu un État multiculturel, avec un Premier ministre conservateur, Rishi Sunak, d’origine hindoue et un Premier ministre d’Écosse, l’indépendantiste Humza Yousaf, d’origine pakistanaise. De même, le secrétaire d’Etat (ministre) de l’Intérieur du Royaume-Uni est une femme d’origine indienne, Suella Braverman, convertie au bouddhisme. Au plan local, le maire de Londres depuis 2016, Sadiq Khan est lui aussi d’origine d’origine pakistanaise, tandis que le maire du quartier de Wesminster (où se trouve le palais de Buckhingam), Hamza Touzzale est pour sa part d’ascendance marocaine. Une situation qui témoigne de l’empreinte particulière léguée aux îles britanniques par l’empire des Indes. 
 
L’avenir dure longtemps
 
Si la population a profondément évolué du fait de l’immigration, le Royaume-Uni conserve sa singularité du fait de son caractère insulaire (encore renforcé par le Brexit) et par une institution multiséculaire : la dernière monarchie sacrale d’Europe. Une monarchie parlementaire qui a survécu à le Révolution anglaise du XVIIe siècle, c’est-à-dire à la dictature de Cromwell (1653-1659). 
 
Cette institution joue plus qu’un rôle symbolique. Elle assure le lien entre Londres et ses anciennes colonies dont beaucoup ont conservé le système monarchique. De plus, le souverain joue un rôle de conseil auprès du Premier ministre. Dans un monde soumis aux aléas de la mondialisation et des migrations, la famille royale britannique fait office de conservatoire des traditions nationales. Comme le rappelait le constitutionnaliste Frédéric Rouvillois dans une tribune publiée dans Le Figaro : « L’institution qu’incarne désormais le roi Charles III a en effet pour principal intérêt, et pour caractéristique majeure, de s’inscrire dans la durée. » La légitimité politique de cette monarchie repose sur des principes simples : le consentement populaire, le service de la patrie y compris sur le plan militaire, l’empreinte religieuse anglicane… 
 
Assurer la pérennité …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

En Moldavie, la grande Europe pour la paix

Pour la deuxième session de la Communauté politique européenne le 1er juin, cette fois-ci en Moldavie, les dirigeants français et ukrainien ont plaidé pour l’élargissement considérable de l’Union européenne et de l’OTAN. La France et l’Allemagne n’ont obtenu que de maigres succès sur le conflit au Kosovo, et moins encore pour le Haut Karabakh.

Polémiques à Roland-Garros : fronts de l’Est sur terre battue

Une joueuse ukrainienne a refusé de serrer la main de son opposante biélorusse, provoquant les huées des gradins. Le lendemain, Novak Djokovic exprimait son soutien au Kosovo, victime de nouvelles violences. Les règles du tournoi de tennis interdisent tout avis politique, mais seul Djokovic semble risquer une sanction. Retour sur un casse-tête moral.

Transition écologique et financement, le nœud gordien de Borne

Après la réception du rapport de France Stratégie « Les incidences économiques de l’action pour le climat », co-rapporté par Jean Pisani-Ferry et Selma Mahfouz, le gouvernement se prépare au lancement d’un grand plan pour la transition énergétique et la réduction des gaz à effet de serre.

Exit Jean Haudry

L’écrivain belge Christopher Gérard réagit à l’annonce de la disparition d’un des pères des études universitaires indo-européennes en France.

Nous portons plainte

Face à un article diffamatoire de Télérama, le président d’OMERTA réagit et annonce déposer plainte. D’autres plaintes sont également déposées contre Le Monde, Libération et la Lettre A.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL