Politique

La haute fonction publique à l’heure des réformes

 
L’État peine à recruter : à l’heure actuelle, 50 000 postes sont à pourvoir dans la seule fonction publique d’État. Ce constat, le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guérini, le connaît et souhaite y remédier. Il présentait ce mercredi 23 novembre un projet de décret visant à réformer la rémunération des hauts fonctionnaires. En substance, il s’agit de « donner les moyens de décloisonner les carrières, susciter les mobilités, renforcer l’ambition de la formation initiale et continue », explique le ministre dans un entretien donné au Figaro. Comment ? « En supprimant le classement de sortie de l’INSP [le successeur de l’ENA, NDLR], en proposant des rémunérations qui encouragent la prise de responsabilités et la performance, en renforçant considérablement nos moyens RH », apprend-on. Le projet de décret est notamment une réponse au recours massif à l’externalisation du recrutement, ainsi qu’au manque d’un service de ressources humaines cohérent, voir quasi inexistant jusqu’il y a peu. 
 
Une rémunération « compétitive » 

 Deux grands sujets sont à l’honneur : la rémunération et la fin des classements. La modification des rémunérations devrait se déployer selon une grille unique, au lieu des 15 qui existent aujourd’hui qui la prévoit « compétitive », ainsi qu’un système de prime à la performance. Ces primes pourront s’élever jusqu’à 30 % de la rémunération indemnitaire des agents. Concernant la fin des classements à l’INSP, Stanislas Guérini le voit comme une double occasion de « lutter contre les déterminismes » et de miser davantage sur la formation des cadres. 
 
Lorsque que le texte sera entré en vigueur, « un peu moins de 6000 fonctionnaires » verront leurs règles de rémunération évoluer, relaie La Dépêche. Après la publication au Journal Officiel, les textes pourront entrer en application dès le 1er janvier 2023. L’objectif est de pouvoir, à terme, déployer ces nouveaux procédés à l’ensemble des 5,7 millions d’agents publics. À cet égard, l’hôpital et dans les collectivités territoriales sont les prochaines cibles du gouvernement. 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Rose-Marie Bielawsky

Il y a 7h

Signaler

0

Tout pour les fonctionnaires ""retraite les 6 derniers mois" privé "les 25 dernières années"ou est la justice ?

À lire

Le tout-sécuritaire s’impose au sanctuaire scolaire

La région Auvergne-Rhône-Alpes investit drastiquement dans la sécurisation de ses établissements éducatifs. Renflouant une enveloppe budgétaire de près de 10 millions d’euros, son président, Laurent Wauquiez (LR) souhaite soutenir les maires « qui font le choix d’agir contre l’insécurité » aux abords mêmes des écoles élémentaires et secondaires. Tour d’horizon d’un certain péril scolaire, part d’un continuum.

Attentat au Pakistan : après 5 mois de cessez-le-feu, les talibans reprennent les hostilités

La mort en août d’un des principaux leaders des talibans pakistanais, a conduit le mouvement à déclarer lundi la fin du cessez-le-feu proclamé en juin avec le gouvernement. Ils revendiquent l’attentat survenu ce mercredi.

Wokipedia : Les coulisses woke de Wikipedia (1/6)

Dans une série d'enquêtes consacrées à Wikipédia, nous revenons sur la façade proprette de Wikipedia qui cache parfois un militantisme éhonté, il faut encore passer de l’intuition à la démonstration. Et prouver que Wikipedia est aujourd’hui structurellement militant. C’est tout l’enjeu de ce premier article.

La « taxe SNCF » coûte 276 euros par an

Une récente note de la FIPECO fait le bilan comptable de la SNCF. Le constat n’est pas franchement positif.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL