Société

La France rapatrie des familles de djihadistes

 
Le débat autour du rapatriement des familles de djihadistes est devenu un sujet récurrent dans la politique française de ces trois dernières années. À chaque nouvel acte, une nouvelle polémique. La première remonte à février 2019. À un journaliste de l’AFP qui s’est rendu dans un camp de prisonniers syriens, une femme lance : « Mon fils grandira un jour et deviendra djihadiste ». Tollé à droite, les plateaux de télévision s’animent : faut-il sacrifier des Français à l’allégeance douteuse pour le bien de la sécurité nationale ? 

Originaires du camp d’Al Hol, ces 55 membres de familles de djihadiste ont vécu un retour mouvementé. Arrivés à 4h du matin ce jeudi 20 octobre sur le sol français, toutes les femmes ont été présentées à la DGSI ou à un juge dès leur arrivée. Les enfants, eux, seront vite remis à des familles d’accueil. Les plus jeunes ont trois ans, les plus âgés sont désormais adolescents. 

Une pression juridique de la CEDH 

Pourtant, cette décision est peut-être motivée par des raisons assez pragmatiques. En effet, le 14 septembre dernier, la Défenseure des droits Claire Hédon, de la CEDH, avait condamné la France à rapatrier les familles de djihadistes détenues dans des camps en Syrie dans les prochaines semaines. 

À l’origine de cette condamnation, on retrouve la plainte de deux couples qui avaient demandé le retour de leurs familles, sans succès : le Conseil d’État avait rejeté leur demande. Mais ne lâchant pas l’affaire, ils sont allés la porter devant la CEDH qui leur a donné raison, invoquant le droit des enfants alors que la malnutrition et de pénibles conditions de détention règnent dans ces camps. 

Cependant, ces rapatriements humanitaires soulèvent a priori quelques problèmes. Le premier d’entre eux est sans nul doute celui des enfants qui n’y ont commis aucun crime, mais qui ont subi le sévère endoctrinement qui régnait dans les camps de Daech. De quoi les qualifier de potentielles « bombes à retardement » selon le procureur de la République de Paris François Molins. Du côté des femmes de djihadistes, leur jugement se fera au cas par cas pour leur éventuelle complicité terroriste. Selon Laurent Nunez, ce seraient encore 300 personnes qui vivraient aujourd’hui dans ces camps, surveillés par les troupes du président syrien Bachar El-Assad. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Philippe Châtenet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bonjour. Le rapatriement des familles de jihadistes en France... Ou comment se tirer des rafales complètes de 5,56 dans les deux pieds ! Cdlt. Philippe.

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL