Société

La France périphérique en feu

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Gilles Bourdouleix, maire de Cholet (Maine-et-Loire) et ancien président du Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP), ne décolère pas : de jeunes émeutiers ont saccagé la propriété qu’il habitait depuis 25 ans. Pas de doutes, selon-lui, c’est bien sa résidence qui était visée. Cette ancienne ville ouvrière de 55 000 habitants, située à quelques kilomètres de la Vendée, n’était pas jusque-là connue pour l’expression de violences sociales. L’élu connu pour son franc-parler et qui a siégé au Palais-Bourbon de 2002 à 2017, a appelé les pouvoirs publics à la plus grande fermeté, se refusant sur les ondes de France Info à trouver la moindre excuse aux émeutiers.
 
Deux France que tout oppose
 
À Montargis, les habitants sont encore sous le choc. La capitale du Gâtinais ne dépasse pas les 15 000 habitants mais les émeutes y ont été particulièrement violentes. Une pharmacie du centre-ville a été incendiée et seules des ruines fumantes témoignent encore de sa défunte existence. Pour l’avocat Alexandre Cuignache, ancien conseiller régional du Centre-Val de Loire et responsable local du parti Reconquête, cela n’a rien de surprenant : « Cela fait plusieurs années que l’on note une hausse de l’insécurité en relation avec l’implantation de populations d’origine immigrée. Montargis a été un des hauts lieux de la mobilisation des gilets jaunes. On assiste cette fois-ci à un autre type de mobilisation : l’émeute. Cela montre l’existence très claire de deux France très différentes sur un même territoire. »

Département rural par excellence, l’Orne avait subi il y a quelques mois une poussée de violences urbaines à Alençon. La préfecture de 25 000 habitants a été à nouveau l’objet d’incidents notables, tout comme les petites villes de Flers, L’Aigle et Argentan, du moins si l’on en croit le journal local, L’Orne combattante. Toujours en Normandie, mais dans le département de l’Eure cette fois, dominée par son château Renaissance, …

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 10 mois

Signaler

0

la politique de l'autruche et de l'excuse donne ses fruits

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL